ORGANISMES : ÉCRITURE ET REPRÉSENTATIONS DU CORPS INTERNE AU XXe SIÈCLE

viuselaffproj.jpg {JPEG}

Organismes est un projet interdisciplinaire, piloté de janvier 2004 à octobre 2006 par Anne Simon (CR2 puis CR1) et Hugues Marchal (docteur puis MCF). Il a pris la forme d’un séminaire mensuel, de deux journées d’études et d’un colloque international. Il s’est accompagné de la création d’une plate-forme de travail avec publication d’actes en ligne : http://www.ecritures-modernite.cnrs.fr/organismes.html

Les actes du colloque international "Projections : des organes hors du corps" (2006) ont par ailleurs paru dans la revue en ligne Epistémocritique (2008).

Projet scientifique

La notion d’organisme, objet d’approches diverses, constitue un motif privilégié pour étudier les liens entre texte et vivant, et pour aborder, à travers eux, un fragment du dialogue que la littérature entretient avec le reste de la culture, au fil d’un siècle marqué par la quête d’une "écriture du corps". Durant cette période, notre regard et notre pouvoir sur le corps interne se sont modifiés. En sciences comme en philosophie, en droit comme en art, les frontières ont été négociées entre code et chair, physiologie et pensée, nature et artéfact, inné et acquis, bien et personne, sujet et pluralité, humanité et animal, ou encore obscénité et décence. La littérature, tous genres confondus, a souvent pris une part active dans ces reformulations, qu’elle a pu initier, accompagner ou commenter, non seulement en termes de contenu thématique ou formel, mais aussi pour mettre en scène ses propres enjeux – l’organisme constituant de longue date, selon un paradigme étymologique et métaphorique bien connu, un modèle conceptuel pour l’œuvre. Sur ces prémisses, on a réfléchi aux conditions d’une histoire littéraire de l’organisme au XXe siècle, en étudiant :

  • les imaginaires individuels ou collectifs liés à une intériorité conçue à la fois comme un carrefour de discours exogènes et comme un lieu intime ;
  • la valeur historique de ces représentations (contre une historiographie linéaire, on a voulu mettre en relief dans les conceptions " bricolées " par chacun la survivance et donc la concurrence d’éléments d’âges divers) ;
  • la spécificité disciplinaire et générique de ces créations (quelles sont les modalités d’échange ou de différenciation entre les pratiques des écrivains, celles des autres arts et celles des sciences de l’homme et du vivant ? Comment un système de représentations cohérent se construit-il, localement, autour de l’organisme ?) Réalisations

Dans le cadre du séminaire, 18 conférences en accès libre, suivies de débats, ont eu lieu. La première année, elles se sont articulées à des ateliers préalables de lecture de textes littéraires, visant à montrer la nécessité d’un recours à d’autres disciplines pour éclairer leurs enjeux. Par ailleurs, les journées d’études et le colloque ont permis de poursuivre une réflexion en trois temps, de l’entrée dans le corps à la sortie des organes, avec les thèmes successifs des « Voyages intérieurs », du « Discours des organes » et de la « Projection des organes hors du corps ».

Printemps 2004

  • Atelier (H. MARCHAL : travail sur Christian Prigent, Une leçon d’anatomie + Raphaël CUIR (histoire de l’art, EHESS) : L’Art, exigence de la chair (sur l’iconographie de la dissection dans les collages dada).
  • Atelier (A. SIMON) : travail sur Proust et la question de la germination, À la recherche du temps perdu + Judith SCHLANGER (épistémologie, Université de Jérusalem) : Quelques remarques sur les métaphores de l’organisme
  • Atelier (H. Marchal) : travail sur Maurice G. Dantec, La littérature comme machine de la troisième espèce + Charles GALPÉRIN (philosophie et épistémologie des sciences de la vie, Université de Lille, UMR 8519 – Université de Paris VII, UMR 7587 "REHSEIS") : Que signifie "corps interne" en biologie ?
  • Atelier (J. GETZ et A. SIMON) : travail sur H. Michaux, Ici, Poddema + Jean-Pierre BAUD (histoire du droit, Paris X) : Topographie corporelle de la dignité humaine
  • Journée d’études : Voyages intérieurs (actes en ligne) Année 2004-2005
  • Anne SIMON : L’organique féminin : une construction sociale et culturelle encore prégnante
  • Hugues MARCHAL : Des organes poétiques : cordes, nerfs et réception
  • Évelyne GROSSMAN (Paris VII) : Le "corps sans organe" et la notion de défiguration
  • Jean-Jacques COURTINE (Paris III) : La foire aux organes
  • Joseph FAHEY (Pau) : Science-fiction : la fabrique des corps
  • Jens HAUSER (Paris / Ruhr U. Bochum) : Derrière l’animal l’homme ? Questions d’altérité et de parenté dans l’art biotech’
  • Sophie SPANDONIS (Paris IV) : Une intériorité sans organes pour une littérature inorganique. Quelques réflexions sur la représentation du corps interne dans la littérature de décadence.
  • Journée d’études : Le discours des organes (actes en ligne) Année 2005-2006
  • Antonio RODRIGUEZ (Université de Lausanne) : Le ventre chez Max Jacob et ses enjeux lyriques
  • Astrid BOUYGUES (Paris III) : Le corps révélé par le couteau : scènes de boucherie dans la poésie du XXe siècle
  • Philippe MET (University of Pennsylvania) : Corps à gore : imagerie du corps interne dans le cinéma d’horreur
  • Agnès VANNOUVONG (Université de Paris VIII) : Plongée dans le corps queer : les « sublimes mutations » de l’intersexuation, d’Herculine Barbin à Del LaGrace Volcano et Orlan
  • Henri ATLAN (EHESS) : L’utérus artificiel, une expérience de pensée
  • Monique SICARD (EHESS), Anne SIMON (UMR 7171), Hugues MARCHAL (UMR 7171) : La littérature face aux nouvelles images du corps (séance conjointe du séminaire "Organismes" et du séminaire "Photographie : dispositif, installation" de l’École Normale Supérieure).
  • Olivier GOULET (plasticien) : Corps archaïque / organismes prothétiques : pour en finir avec l’anthropomorphisme Automne 2006
  • Colloque international Projections : des organes hors du corps, organisé en collaboration avec le MAC/VAL de Vitry-sur-Seine (publication des actes en ligne à venir) : 20 interventions.
    • 13 octobre 2006
      • Anne SIMON (CNRS) : Présentation
      • Michel COLLOT (Paris 3) : L’espace-corps
      • Michel PIERSSENS (Université de Montréal) : Ectoplasmes et invisibles fluidiques
      • Hugues MARCHAL (Paris 3) : Personne distribuée et relation esthétique
      • Lorraine DUMENIL (Paris 7) : Un corps en puissance d’explosion : Antonin Artaud et Hans Bellmer
      • Juliette FEYEL (Paris 10) : Georges Bataille : le corps hétérogène.
      • Béatrice JONGY (Nice-Sophia Antipolis) : Les écorchées : Chloé Delaume et Filipa Melo
      • Rencontre-débat, avec Régine DETAMBEL (poète et romancière), Eduardo KAC (poète et plasticien, The School of the Art Institute of Chicago) et Philippe RAMETTE (plasticien).
    • 14 octobre 2006
      • Julien MILLY (Paris 3) : L’intérieur exposé : Trouble every day de Claire Denis
      • Sylvie ROQUES (Paris VIII) : Des organes hors du corps chez Valère Novarina
      • Brigitte BERCOFF (Université de Bourgogne) : Projections et manipulations dans quelques spectacles de Robyn Orlin
      • Jean-Pierre TRIFFAUX (Nice-Sophia Antipolis) : Où est passé le vivant ?
      • Julie PERRIN (Paris VIII) : Les corporéités dispersives du champ chorégraphique
      • Anne SIMON (CNRS) : Le sujet hors le corps ? Le cadavre entre anatomie, art et business (sur Günther Von Hagens)
      • Magali LE MENS (Paris 1) : L’œuvre comme sécrétion corporelle : les nœuds d’Eva Hesse, perspectives historiques
      • Moniques RICHARD (Université du Québec à Montréal) : Projections du corps et fictions technologiques. La création pédagogique pour une jeunesse cyborg
      • Monique MANOHA (GERCO, Metz) : De l’organe à l’ornement
      • Stéphane DUMAS (Paris 1) : Les peaux flottantes. L’écorchement créateur de Marsyas
      • Itzhak GOLDBERG (Paris 10) : Sous la peau

Bilan

Le projet visait à la fois à mener une réflexion sur le statut du corps interne, et à réfléchir aux conditions de l’interdisciplinarité en littérature. Il a attiré un public régulier et varié, qui y a trouvé un espace de rencontres autour de problématiques communes. De nombreux chercheurs extérieurs, issus notamment des arts plastiques ou de l’histoire, ont suivi les débats, lors des séances du séminaire comme lors des manifestations plus étendues. Un équilibre a été trouvé entre intervenants français et étrangers, chercheurs confirmés et doctorants, et praticiens et critiques.

L’intention initiale de couvrir un ensemble précis de dialogues possibles, avec les sciences, de droit, l’épistémologie, les différents médias, les cultural studies, etc., a été menée à bien dans les délais fixés. La mise en ligne rapide et régulière des travaux a permis aux participants successifs de capitaliser les recherches antérieures du groupe de travail, et le projet a été l’occasion de tisser un réseau de travail entre des chercheurs d’horizons divers, de sorte que plusieurs intervenants ont été conviés, suite au séminaire, à collaborer à un Dictionnaire du corps (dir. B. Andrieu, CNRS, 2006). Plus largement, la réflexion interdisciplinaire a débouché sur des collaborations inter-institutionnelles, avec notamment une séance de séminaire conjointe avec l’EHESS, et surtout, le colloque de clôture, mené en étroite collaboration avec le nouveau Musée d’art contemporain du Val-de-Marne, qui a abrité les débats en associant étroitement le colloque à sa programmation. Cette ouverture a permis au projet d’obtenir des fonds hors des tutelles directes de l’UMR 7171, auprès du Ministère de la recherche et du Mac/Val, et certaines manifestations ont été signalées dans la presse et les médias (notamment Arte).

Le projet Organismes sera définitivement clos avec la publication prochaine des actes du colloque et, peut-être, la mise en ligne d’enregistrements des séminaires.