Alain YANOU

Doctorant (CREF) à l’université Paris III-Sorbonne nouvelle sous la direction de Mireille Calle-Gruber.

Thèse : Pouvoirs de création de Calixthe Beyala. Entrelangues et entrecultures.

Par "Pouvoirs de création de Calixthe Beyala. Entrelangues, entrecultures", nous entendons questionner les capacités de Beyala à mettre en scène les différences sexuelles, textuelles et culturelles dans ses récits. À travers les questions d’entrelangues et d’entrecultures, nous envisageons d’aborder le texte littéraire comme un lieu d’hospitalité, de passage et/mais aussi de confrontation. Il s’agit dans une perspective derridienne, de déconstruire la question de l’écriture féminine et des différences. Pour cela, nous nous intéressons à la "différance" au sens de différer, pour désigner le dynamisme, l’action séparatrice qui crée l’écart. Ceci est crucial, dans la mesure où dans bon nombre de romans de cette Camerounaise, les personnages sont, le plus souvent, des immigrés tiraillés entre deux univers : la France, pays d’accueil et l’Afrique, continent d’origine. A cela, il faut ajouter le fait qu’il y ait dans ses récits un travail de la langue française par d’autres idiomes. Comment ses pouvoirs prennent-ils place et se lisent-ils dans ses romans ? Qu’est ce qui fait sa spécificité ? Quelles langues parle-t-elle ? Ce sont là quelques questions qui seront abordées dans cette thèse. Comme corpus de recherche, nous avons choisi trois romans : La Petite fille du réverbère (1998), Amours sauvages (1999) et Femme nue, femme noire (2003).


Actualités