Approches historiques de la modernité

Les deux équipes réunies dans l’UMR THALIM (Théorie et Histoire des Arts et des LIttératures de la Mo-dernité) ont un point commun majeur : elles prennent en compte la dimension historique dans l’exploration et l’examen des pratiques, des expériences et des théories esthétiques appartenant à la période dite de la mo-dernité. La modernité qui intéresse THALIM est la modernité artistique qui nous a été léguée par le romantisme et s’est reformulée dans les avant-gardes du début du XXe siècle. Elle s’inscrit dans une dynamique féconde de réflexivité, y compris en s’interrogeant sur son propre dépassement et son articulation au “contemporain”, au “postmoderne” ou au “surmoderne”, dans des contextes politiques et culturels variés. La nouvelle pluridisci-plinarité de l’UMR incite les chercheurs à confronter à cet égard leurs diverses appréhensions de cette notion, inscrites dans des temporalités différentes , et à observer les évolutions inter et trans-disciplinaires (selon les définitions proposées par l’AERES) qui modifient aujourd’hui modèles et méthodes dans l’exploration des pro-cessus culturels. Leurs travaux historiens s’appuient ainsi sur une pluralité d’approches : micro-histoire, an-thropologie historique, anthropologie culturelle, histoire culturelle, histoire sociale, histoire des institutions, histoires des techniques, new historicism, cultural studies, histoire croisée ou connectée.