L’echo du théâtre. Dynamiques et construction de la mémoire phonique, XXe-XXIe siècles Colloque

Organisateurs : Hélène Bouvier, Marion Chénetier-Alev

Programme : ANR ECHO : Ecrire l’histoire de l’oral

ENS
45 rue d’Ulm
75005 Paris

Programme[ECHO [ANR-13-CULT-0004]
[ARIAS-THALIM (CNRS, ENS, Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3) / LIMSI-CNRS / BNF / Université d’Amsterdam / CRIalt-Université de Montréal]

« Les nouvelles expériences phoniques, acoustiques et auditives ont profondément nourri le travail des artistes, et l’on assiste au XXe siècle à l’essor des réflexions et des créations autour de la matière sonore du théâtre : voix parlées, bien sûr, mais aussi musique, chansons, bruits de scène et de salle, sans oublier l’élément majeur qu’est le silence, décliné en d’infinies nuances. Les lieux de conservation (bibliothèques, musées) et de création (théâtres, compagnies) ont dès le début du XXe pris conscience de l’importance des traces sonores de la scène, et en ont entrepris l’archivage, participant activement à la mise en place d’un champ d’investigation inédit.
Inscrit dans le cadre du projet ANR ECHO (Écrire l’histoire de l’oral. « L’émergence d’une oralité et d’une auralité modernes. Mouvements du phonique dans l’image scénique (1950-2000)), dirigé par Marie-Madeleine Mervant-Roux, ce colloque souhaite interroger les dynamiques et les processus à l’œuvre dans la constitution d’une mémoire phonique du théâtre. Quels sont les lieux où s’élabore cette mémoire ? Comment se fabrique-t-elle ? De quels supports dispose-t-on pour la capter, de la fin du XIXe siècle à aujourd’hui, et selon quels critères l’archive-t-on au fil du temps ? Comment s’articulent mémoire collective et mémoire individuelle ? Si l’on postule qu’il n’est guère d’examen possible de la mémoire sonore sans recourir à son expression verbale, écrite ou orale, comment passe-t-on de l’inscription d’une scène dans la mémoire à sa formulation, comment décrit-on un souvenir sonore ? Que nous apprend l’étude de cette mémoire sur les attentes, les représentations, la réception et l’évolution de la voix parlée et des autres sons au théâtre ? Comment les traces laissées et les signes observés d’une évolution de la diction, du rythme de l’élocution, des accents et des langues, de la place du verbe en scène, contribuent-ils à une vision renouvelée de la conception et de la pratique théâtrales ?
Ce projet de recherche fait également suite au programme « Le son du théâtre / Les technologies sonores et le théâtre », entrepris par l’équipe de recherche franco-québécoise ARIAS/CRI, dont les résultats ont donné lieu à plusieurs publications. Il s’agit ici de poursuivre cette investigation sur le long terme qui se donne pour objectif de contribuer à une ré-écriture de l’histoire récente du théâtre occidental et, au-delà, à une redéfinition contemporaine de l’expression, de la mémoire et de l’écoute verbales, en maintenant notamment l’approche interdisciplinaire adoptée. »

En savoir plus

Actualités