La guerre d’Algérie. Le sexe et l’effroi Colloque

Organisateurs : Catherine Brun, Todd Shepard (Johns Hopkins University) ; en partenariat avec la Bibliothèque nationale de France et l’Institut du Monde Arabe

le 9 octobre : Bibliothèque nationale de France I François-Mitterrand et le 10 octobre : Institut du Monde Arabe
Bibliothèque nationale de France I François-Mitterrand, Quai François Mauriac Paris 13e, Petit auditorium, Hall Est ; Institut du Monde Arabe , 1 rue des Fossés Saint-Bernard, Paris 5e, Salle du Haut Conseil, au 9e étage

Ce colloque, international et pluridisciplinaire, voudrait interroger, au-delà de la sexualisation attachée à tout épisode belliqueux, l’omniprésence du sexe dans les discours et les figurations de la guerre d’Algérie. Car viols (des femmes comme des hommes), émasculations, bâtardises, exacerbations viriles, tortures ciblées, outrages sexuels des cadavres, commerces des corps ne sont pas simplement des lieux communs des guerres.

Ils valent d’être contextualisés et resitués, spécifiés et comparés. Les viols de la guerre d’Algérie, pour profanatoires qu’ils aient été, n’ont pas les caractéristiques de ceux perpétrés en ex-Yougoslavie. Les mutilations et exhibitions de cadavres doivent être examinées comme autant de « véhicules discursifs » et la dimension sexuelle des tortures doit être pensée dans sa centralité. L’obsession virile, celle du gain ou de la perte de la puissance, exige d’être appréhendée comme une construction stratégique, politique, symbolique, anthropologique.

C’est donc aux confins des disciplines, entre anthropologie, psychanalyse, littérature, arts de l’image, histoire, qu’on tentera de penser la vectorisation sexuelle de ce conflit, de ses figurations et de ses mémoires – de ses hantises. Quelles représentations du sexe ? de la violence sexuelle ? Quelles constructions identitaires ? génériques ? Quelles genèses et quelles postérités de cette sexualisation massive ? Dans les mémoires, dans l’imaginaire, dans l’organisation socio-politique de la nation ? Quelles singularités et quelles comparaisons ?