Le voyage dans les Balkans (XIXe-XXIe siècles), ou l’invention d’un espace de la frontière Colloque

Organisateurs : Sarga Moussa, Vanezia Parlea (Université de Bucarest, Centre Heterotopos)

Centre Régional Francophone de Recherches Avancées en Sciences Sociales (CEREFREA)
Villa Noël 6, Rue Emile Zola, București 011847, Roumanie

Alors que le terme de « Balkans » a souvent fait l’objet d’un imaginaire négatif, lié à la fragmentation et aux conflits identitaires (voir Maria Todorova, Imagining the Balkans, 1997), cette région a également constitué un espace à la fois physique et mental d’une possible hybridité culturelle, un espace-frontière, où de nouvelles identités ont pu être imaginées par les voyageurs, rompant ainsi avec la logique habituelle d’essentialisation, que celle-ci serve à stigmatiser une supposée infériorité « orientale » ou à faire l’éloge d’un exotisme folklorisant non moins suspect (voir Edward Said, Orientalism,1978). A cet égard, on peut se demander si les Balkans, dans les écrits des voyageurs européens du XIXe au XXIe siècle, ne constituent pas un « tiers espace », pour reprendre l’expression de Homi Bhabha (The Location of culture, 1994), c’est-à-dire un « lieu » privilégié où se recréent de nouvelles identités culturelles. On peut aussi se demander si cet espace, qui peut être source de frictions, n’a pas généré, par ailleurs, ce qu’André Gingrich a appelé un « orientalisme de la frontière », qui reconstitue sous une autre forme (par exemple l’image du « bon » et du « mauvais » musulman) les oppositions binaires dénoncées par les études postcoloniales. Bref, ne peut-ont pas déceler, dans l’histoire moderne des représentations viatiques des Balkans, les prémices d’un monde où la circulation des hommes, des idées, des textes et des images nous conduit désormais à réfléchir sur les cultures en termes de logiques « transaréales » (Ottmar Ette), c’est-à-dire dans une perspective dynamique impliquant des identités pensées comme intrinsèquement perméables, donc plurielles et en perpétuelle recomposition ?

Programme

Jeudi 14 mai 2020

14h Introduction, par Sarga Moussa et Vanezia Parlea

I. Contexte historique et viatique

14h30 Venera Achim (chercheuse à l’Institut d’Histoire « Nicolae Iorga » de Bucarest) : « Comment on voyageait dans les Balkans vers 1840 : le ‘guide de voyage’ d’Ami Boué »

15h10 Silvana Rachieru (MC Univ. de Bucarest) : « Les voyageurs-diplomates au XIXe siècle : les relations entres les Roumains et les Ottomans au miroir de leurs récits de voyages »

15h50 Viktoriya Nikolova (doctorante Univ. Paris 3) : « Les Balkans selon Lamartine : frontière ou espace transitionnel ? »

16h30 : Pause

II. Espace-frontières et hybridité

16h50 Nicu Diaconiuc (doctorant Univ. de Bucarest) : « Le Bucarest de Paul Morand : Album pittoresque d’une ville balkanique »

17h30 Philippe Antoine (PR Univ. Clermont-Auvergne) : « De l’Adriatique à la mer Noire : au cœur de l’Europe (sur Balkans-Transit de François Maspero et Klavdij Sluban) »

18h10 Anne-Marie Monluçon (MC Univ. Grenoble Alpes) : « Frontières et hybridité dans Sur la Route du Danube d’Emmanuel Ruben : entre vestiges et utopies »

20h : Dîner

Vendredi 15 mai 2020

III. Ethnographie et idéologie

9h Arzu Etensel Ildem (PR Univ. d’Ankara) : « Traversée des Balkans et défilé des populations : vers l’Orient avec Madame de Gasparin et Edmond About »

9h40 Vassiliki Lalagianni (PR Univ. du Péloponnèse) : « Dora d’Istria et la création des États-nations dans la péninsule balkanique »

10h30 : Pause

11h Odile Gannier (PR Univ. de Nice) : « Edith Durham : voyage et enquête anthropologique dans les Balkans »

11h40 Danièle Méaux (PR Univ. de Saint-Étienne) : « Les voyages du photographe Gilles Saussier en Roumanie (1989 - 2005 - 2011) »

12h20 : Déjeuner

IV. Regards croisés

14h Daniel Lançon (PR émérite Univ. Grenoble Alpes) : « Femmes européennes, femmes orientales : discours, représentations et rencontres dans les récits de voyage en Valachie, Roumélie et Bulgarie au XIXe siècle »

14h40 Ileana Mihăilă (PR Univ. de Bucarest) : « Regards croisés sur les Balkans dans la première moitié du XIXe siècle : David Urquhart et Ion Ghica »

15h20 : Pause

15h40 Luminita Munteanu (PR Univ. de Bucarest) : « L’adieu aux Balkans : une perspective ottomane de l’espace balkanique à la veille de la Première Guerre mondiale »

16h20 Corinne Fournier (Priv.-Doz. Univ. de Berne) : « La Yougoslavie vue par les Suisses : dialogue entre le périple au féminin Maillart-Schwarzenbach et le périple au masculin Bouvier-Vernet »

17h : Conclusions

En savoir plus

Actualités