Résurgences/oublis dans les arts et les media après 1968 Colloque

Organisateurs : Sabrinelle Bedrane, Bruno Blanckeman

Organisé par Sabrinelle Bedrane, Bruno Blanckeman et Gerald Prince, ce colloque aura lieu à l’Université de Pennsylvanie (Philadelphie).

Contact : Sabrinelle Bedrane

Université de Pennsylvanie

Organisé par Sabrinelle BedraneBruno Blanckeman et Gerald Prince, ce colloque aura lieu à l’Université de Pennsylvanie (Philadelphie).

Présentation :

Que peut la littérature confrontée, d’une part, à l’oubli (fait historique ou fait divers), de l’autre à un phénomène de résurgence (resurgissement de nouveaux nationalismes, de conflits, des guerres ici ou là) ? Ce colloque aura pour objectif d’explorer, à travers les productions littéraires (récits, pièces de théâtre, poèmes, presse écrite, mais aussi films, bandes dessinées ou chansons) la question de l’alliance résurgence/oubli de 1968 à nos jours. La résurgence implique une capacité d’enfouissement mais aussi un pouvoir de surgissement : la tension entre oubli et réapparition, latence et manifestation, perte et restitution la définit. Comment la littérature -les littératures- explorent-elles ce qui agit encore du passé dans le présent, en souterrain ?

Plusieurs axes de recherche pourront être envisagés :

  • un axe historique : doit-on parler d’amnésie concernant les traumatismes les plus récents de l’histoire de la France et des Etats-Unis ? Peut-on parler de dépressions mémorielles, de politiques de l’oubli ? Ce travail pourra s’attacher à étudier la redéfinition actuelle des identités.
  • un axe esthétique : ce deuxième axe pourra s’appuyer sur l’histoire littéraire récente. Quelles occultations pour quelles « autofictions » sans illusions ? Quelles poétiques communes, récits minimaux, écritures blanches ou encres sympathiques pour le « Je me souviens… enfin ! » ? Et qu’en est-il de la rhétorique médiatique autour de la reconstruction du passé, de sa survivance, de son effacement ?
  • un axe psychanalytique ou métapsychologique : l’on pourra reprendre Oublieuse mémoire de Pontalis (IMEC 2011), le modèle freudien du fonctionnement mémoriel (l’ardoise magique) ou encore la vision dynamique de la trace selon Abraham et Törok dans L’Ecorce et le noyau. (Abraham et Törok y rappellent que le changement sémantique radical introduit par la psychanalyse dans le langage peut être signalé avec des majuscules.) Vont nous intéresser des œuvres qui articulent histoires individuelles et collectives et invitent à mettre des majuscules à Résurgence et à Oubli.

Programme du colloque :

Mercredi 27 février

  • 9h-10h30 A Schaffner/MH Boblet : la guerre après la guerre (résurgences de la Seconde Guerre mondiale)
    Alain Schaffner : Résurgence et oubli dans Parc sauvage de Jacques Roubaud (2008)
    Marie-Hélène Boblet : D’une résurgence à l’autre ou de "Shoah" à "La Question humaine"(François Emmanuel, 2000)
  • 11h-12h30 X Garnier/C Brun : occultations et évitements (les littératures post-coloniales et l’oubli)
    Xavier Garnier : La grande mémoire des apocalypses postcoloniales : une étude des Sept solitudes de Lorsa Lopez de Sony Labou Tansi
    Catherine Brun : Ces résurgences qui cachent des oublis : l’exemple de la guerre d’Algérie

Déjeuner (Max Kade Center)

  • 14h30- 16h D Schilling/I Roussel-Gillet : une mémoire en projection (la guerre sur grand écran)
    Derek Schilling : La république et la gégène : retour sur La Question de Laurent Heynemann (1977)
    Isabelle Roussel-Gillet : Amnésie et dispositifs narratifs
  • 16h30-17h15 JM Rabaté : entre images et poésie : tracer l’oubli
    Jean-Michel Rabaté : Ou l’oubli : Bernard Noël
  • 18h30 Réception (Cherpack Lounge, 543 Williams Hall, 36e & Spruce)

Jeudi 28 février

  • 9h-11h15 Ph Met/A Blatt/S Loucif : la mémoire activée par l’image (films, photos, séries télévisées : les formats de la résurgence)
    Philippe Met : Noli mei oblivisci, ou De la revenance filmique : Histoire de Marie et Julien de Jacques Rivette
    Ari Blatt : Un territoire truffé de traces, à partir du Dépaysement : Voyages en France (2011), de Jean-Christophe Bailly
    Sabine Loucif : Les résurgences de la France dans les séries télévisées américaines
  • 11h30-13h Y Baudelle/B Havercroft : photographies revisitées du passé. Des fantômes aux revenants : figures du spectre
    Yves Baudelle : Les fantômes du passé : humour et imagination fantastique dans quelques autofictions récentes (Chloé Delaume, Camille Laurens, Nathalie Rheims).
    Barbara Havercroft : Écriture et sépulture dans L’autre fille d’Annie Ernaux

Déjeuner (Max Kade Center)

  • 14h30-16h C Douzou/M Dambre : entre fiction romanesque et fiction théâtrale : les résurgences dramatiques de l’histoire
    Catherine Douzou : Résurgences intimes et historiques dans le théâtre de Philippe Minyana
    Marc Dambre : Poétique et quête historique dans Kampuchéa (2011) et Peste & Choléra (2012) de Patrick Deville
  • 16h30-18h W Motte/B Thibault : l’autre et l’ailleurs de l’oubli
    Warren Motte : souvenirs de l’oubli, Villa Chagrin de Marie Cosnay (2006), Ce que j’appelle oubli de Laurent Mauvignier (2011) et Peste & Choléra de Patrick Deville (2012).
    Bruno Thibault : Oubli et résurgence : la conscience mécontemporaine et l’écriture de l’Histoire dans L’Occupation américaine (1994) de Pascal Quignard

Vendredi 1er mars

  • 9h30-11h P Riendeau/Y Zhuo : Pascal Quignard, de l’écriture fragmentaire comme expression de la résurgence
    Pascal Riendeau : Fragments d’un passé oublié dans Dernier royaume de Pascal Quignard
    Yue Zhuo : Le monde romain est notre mélancolie : l’objet perdu de Pascal Quignard