Quelles positions de recherche pour l’étude des littératures africaines ? séminaire de l’observatoire des écritures contemporaines

Intervenants : Xavier Garnier, N'Koli Jean Bofane, Jean-Marc Moura, Dominique Viart

Université Paris Ouest
Nanterre

Les littératures contemporaines, françaises et francophones, ont profondément renouvelé les formes de dialogues qu’elles entretiennent avec les sciences humaines et sociales. Elles en partagent non seulement les objets – évocations de l’Histoire, réalités sociologiques, ethnologie proche ou lointaine – mais aussi parfois les méthodes et les pratiques de terrain. Poursuivant le travail inauguré l’année dernière avec le soutien du CNRS, de l’EHESS et du CRAL, sur les « littératures de terrain » (D. Viart) et le programme de recherche à l’IF de J.-M. Moura sur les « échanges transatlantiques », l’Observatoire des écritures contemporaines élargit cette année son enquête dans diverses perspectives : l’enquête sociale, avec l’écrivaine Maryline Desbiolles, les effets de la mondialisation sur les littératures périphériques avec Alec Hargreaves et l’écrivain congolais In Koli Jean Bofane, le traitement littéraire de l’Histoire avec Pierre Michon et Patrick Wald-Lasowski, l’écriture du travail à l’heure des nouvelles technologies en génie civil et en médecine avec Maylis de Kérangal. Le regard que la littérature porte sur l’économie néo-libérale et sur le langage politique sera également abordé grâce à l’œuvre de Mathieu Larnaudie, co-fondateur du collectif Inculte, dont nous interrogerons les réflexions théoriques avec Laurent Demanze.

Le séminaire continue ainsi de mettre en évidence l’évolution des formes esthétiques et de leurs enjeux, lorsqu’il ne s’agit plus de raconter ni de représenter le réel mais d’envisager la littérature comme moyen de l’éprouver et l’expérimenter.

En savoir plus