À quoi pensent les genres littéraires ? Pragmatique de l’énergie dans l’épopée & le roman (A propos de Pierre Vinclair, De l’épopée et du roman) Article - 2016

Elara Bertho

Résumé

Comment pensent les genres littéraires ? Quelles formes de pensées sont produites par le roman et l’épopée ? Et si c’était l’énergie des textes qui pouvait répondre à ces deux questions : celle de la pensée littéraire, pragmatique, et celle de la division des genres, rhétorique ? L’énergie, comme effort des textes, comme dispositif sémiotique en action, permet de définir les textes comme des machines à créer du sens, à imaginer, à sentir, à se représenter le monde, à expérimenter, et donc aussi à agir. Résolument novatrice et originale, la proposition d’une énergétique comparée des textes nous semble opérer un renversement du vieux problème de la définition du genre, et partant, de la mort supposée de l’épopée : Pierre Vinclair nous invite, ainsi, à ne pas nous intéresser uniquement aux caractéristiques formelles des genres, ce qui sert habituellement d’appui à la poétique, mais à les décrire en fonction de leurs schèmes de pensée [1], de la manière dont ils induisent le lecteur à penser et vivre, en fonction, donc, de leur énergétique. Toute la difficulté tient au caractère évanescent de ce nouveau concept : comment décrire l’énergie de chaque genre ? S’il faut renoncer aux taxinomies fondées sur des traits stylistiques, morts parce que vidés de leur sens, et coupés de leur contexte —qui est la vie du texte— comment cerner ce qui gît de vivant dans les textes, ce qui fonde la pensée, ce qui émeut ?

Voir la notice complète sur HAL

Actualités