AG. Cahiers Armand Gatti Direction d’ouvrage - 2015

Catherine Brun, Olivier Neveux

La Parole errante, 2015, p. 464 p.. 〈http://www.armand-gatti.org/index.php?art=763〉

Résumé

Ce cinquième numéro de AG. Cahiers Armand Gatti entend approcher les relations que Gatti entretient avec les arts. La question paraît entendue : l’œuvre de Gatti est théâtrale, poétique, cinématographique. Elle habite ces trois arts à sa façon singulière et polémique. L’écriture de Gatti n’a cessé, en effet, de réfléchir aux formes qui l’accueillent, d’en dénoncer les facilités, les écueils et de les inventer ou de les réinventer. Ainsi interroger « Gatti et les arts » suppose, en premier lieu, de revenir aux modes d’expression qu’il a choisi, ceux dont il déploie les potentialités, aux rapports qu’il entretient avec eux et à la place qu’il occupe, lui, dans leurs histoires contemporaines. Mais une telle approche ne saurait suffire. Car l’oeuvre de Gatti convoque, plus ou moins explicitement, plus ou moins durablement, d’autres arts : la musique avec qui il entretient d’ambivalentes relations mais aussi, entre autres, la peinture, la chorégraphie. Ils sont présents, parfois contre eux-mêmes, malmenés au cœur même de ses œuvres théâtrales. Nommés mais aussi utilisés : ainsi l’opéra, la chanson, et plus largement la musique sont-ils omniprésents tout autant comme questions (dans Le Couteau-toast d’Evariste Galois, par exemple) que comme langages. Plus encore, quelques textes cruciaux de Gatti leur sont consacrés : Les Analogues du réel dédié à la peinture de Bernard Saby en est un frappant exemple. Il y a lieu donc d’interroger la place de ces arts au cœur de la démarche gattienne : ce qu’il en dit mais aussi ce qu’il en fait. Enfin, chacun de ces arts s’incarnent. Ils sont portés par des noms, d’amis ou de prédécesseurs. Un par un, ils inspirent Gatti. Il est d’ailleurs fréquent de les voir mobilisés sur l’aire de jeu. C’est en conséquence à quelques-unes de ces figures (Pierre Boulez, Kateb Yacine, Vélimir Khlebnikov, Moretti) en tant qu’elles se retrouvent dans l’œuvre ou dans sa vie que se consacrent quelques études ou que sont retranscrits des témoignages de Gatti lui-même et de ses amis (Serge Pey, Luc et Jean-Pierre Dardenne). Ce dossier dessine ainsi un portrait de Gatti artiste à travers les arts et leurs usages. Au centre de cette mosaïque, le mot, toujours — celui, fragile et démesuré, qu’il faut pour les dire et celui qu’il faut pour créer.

Voir la notice complète sur HAL

Actualités