Bénédicte Ombredanne, une nouvelle Emma Bovary ? Sur le roman d’Eric Reinhardt, L’amour et les forêts, 2014 - Ouvrage (y compris édition critique et traduction) - 2017

Françoise Cahen

Sur le roman d’Eric Reinhardt, L’amour et les forêts, 2014, Presses universitaires de Rouen et du Havre, Flaubert dans la ville, 2017. ISBN 9791024007434. 〈http://www.lcdpu.fr/livre/?GCOI=27000100282890〉

Résumé

L’héroïne de L’amour et les forêts, roman d’Éric Reinhardt, a été associée par la majorité des critiques littéraires de l’automne 2014 à la figure de Madame Bovary. Cependant, l’auteur, apparemment très surpris par cette réaction massive à la réception de son œuvre, réfute cette parenté – même si on l’a entendu dire à La grande librairie : « Bénédicte Ombredanne, c’est moi ». Pour lui, son personnage n’a presque rien à voir avec l’héroïne de Flaubert. Cette contradiction est intéressante : en quoi la jeune professeur de lettres de L’amour et les forêts peut-elle être rapprochée d’Emma ? Pourquoi ce phénomène de réception quasi unanime, qui a dépassé les intentions de l’auteur, s’est-il produit ? Nous avons recensé les articles qui commentent le roman d’Éric Reinhardt afin de déterminer les différentes raisons avancées par les journalistes, pour justifier ce rapprochement. Les points communs et les différences entre les deux héroïnes sont en réalité assez nombreux.

Voir la notice complète sur HAL

Actualités