Camus et le premier "Combat" (1944-1947) Direction d’ouvrage - 1990

Jeanyves Guérin

Nanterre : Éditions Européennes Érasme, Essais d’histoire politique, 1990. ISBN 2-7388-0083-1

Résumé

Les trois années pendant lesquelles il a la été le rédacteur en chef et l’éditorialiste vedette de "Combat’ ont beaucoup compté dans la vie et dans l’oeuvre de Camus. Non seulement "La Peste" garde la trace de cette expérience, mais ses articles (recueillis ou non dans "Actuelles") ont fixé, jour après jour, une réflexion civique qui n’a rien perdu de sa valeur ni de sa portée. Le débat avec François Mauriac sur l’épuration et le manifeste antitotalitaire de "Ni Victimes ni bourreaux", entre autres, soulèvent des questions qui, encore aujourd’hui, sont essentielles et urgentes. Un journal est toujours l’oeuvre d’une équipe ; celle de "Combat" réunit une pléiade d’intellectuels issus de la Résistance. Il y a là, outre l’auteur de "L’Étranger", Raymond Aron, Maurice Nadeau, Albert Olllvier. Quant aux pigistes, ils s’appellent Sartre, Gide, Bernanos, Mounier. Aucun quotidien, en 1945, ne bénéficie d’aussi prestigieuses signatures. Pourtant, dès 1947, Camus et les animateurs de "Combat" abandonnent la partie, car un journal est aussi une entreprise et l’exercice d’un magistère moral ne garantit pas la réussite financière. Quarante ans après qu’a pris fin une expérience unique dans l’histoire de la presse française, le colloque qui s’est tenu à l’université de Paris X Nanterre, en propose un bilan qui réunit des études historiques, littéraires, philosophiques, ainsi que des témoignages d’anciens de "Combat".

Voir la notice complète sur HAL

Actualités