Camus the journalist Chapitre d’ouvrage - 2007

Jeanyves Guérin

in Edward J ; hughes (ed.), The Cambridge Companion to Albert Camus, 2007, pp. 79-92. ISBN 978-0521-54978-3

Journalism occupied an important place in the career and work of Camus. In l’Alger Républicain where he started his career, Camus took a polemical stand, criticized the political system and society in the context of the rise of fascism before the war and sometimes in the Dreyfusian tradition. At the newspaper Combat, born of the Resistance, he tried to realize the noble aims of vigilance and objectivity, derived from the spirit of the struggle against the occupier and his collaborators. He elaborated the notion of critical journalism, making an effort to always distinguish between opinion and information. But the lyrical times of the Liberation soon gave way to disillusionment in the post war years. It was in the L’Express that Camus, notably on the subject of the Algerian war which is his obsession, gives full expression to his talent as a chronicler and journalist. Here he offers suggestions and also analysis of the situation at hand. His own prestige acts as the newspapers moral guarantee. From the professional journalist at the beginning of his career, Camus moves on to become a militant resistant, then the committed writer in his editorials. Camus the writer is aware that journalistic writing is transitory, is to contemporaries and only to them while the writer writes for his contemporaries and posterity.

Le journalisme a occupé une grande place dans l’activité et la carrière de Camus. Dans l’Alger républicain où il a fait ses débuts, Camus se fait polémiste, critique de la société et du système politique, dans le contexte de la montée du fascisme avant guerre et parfois dans la tradition dreyfusiste. A Combat, issu de la Résistance, il essaie de réaliser les nobles objectifs de vigilance et d’objectivité, dérivés de l’esprit de la lutte contre l’Occupant et ses collaborateurs. Il élabore la notion de journalisme critique, en s’efforçant de distinguer toujours opinion et information. Mais le temps du lyrisme de la Libération cède bientôt le pas au désenchantement des années de l’Après-guerre. C’est à L’Express que Camus, notamment au sujet de la Guerre d’Algérie, qui l’obsède, donne la pleine mesure de son œuvre de chroniqueur journalistique, qui comporte aussi une part de proposition, à côté de l’analyse de la situation. L’écrivain arrivé apporte la caution de son prestige à un journal. Du journaliste professionnel de ses débuts, Camus est passé au résistant « militant », puis à l’écrivain engagé, sous la forme de l’éditorialiste de presse. Le Camus écrivain a conscience que les écrits journalistiques sont transitoires, s’adressant à des contemporains, et seulement à eux, tandis que l’écrivain destine ses œuvres à la fois à ses contemporains et à la postérité.

Voir la notice complète sur HAL

Actualités