Carmelo Bene n’a pas d’avenir Article - 2014

Eric Vautrin

Revue d’Histoire du Théâtre, numéro spécial D’après Carmelo Bene - Actualités, 2014, pp. 397-404. ISSN 1291-2530. 〈http://www.sht.asso.fr〉

Résumé

L’héritage – symbolique comme archivistique – de C.B. peut apparaître aujourd’hui aussi brouillé que complexe, ce qui peut également laisser croire qu’en redire l’importance, en dégager la singularité, en réactiver la critique est nécessaire. Mais au moment où l’occasion est donnée de retisser l’histoire de ce théâtre cruel et ravageur et d’envisager sa présence contemporaine, il convient sans doute de dépasser l’établissement des faits et gestes pour interroger ses circonstances et finalement ce que ce théâtre nous apprend, en lui-même, de l’écriture de l’histoire et des présences du passé dans le présent, justement. Les liens entre passé, présent et futur étant, à notre sens, l’un de ses arguments, l’œuvre de C.B. invite sans doute à être considérée comme une de ces persistances singulières qu’elle a elle-même décrites. Entre l’oubli indifférent et la mythification de ce qui n’a pas d’équivalent, deux formes comparables de l’absence de critique et de trans- mission, l’œuvre de C.B. semble en effet, parfois, destinée à un avenir contrarié. Cette absence d’héritage évident n’est certainement pas problématique en elle-même si elle est pensée en tant que telle, et elle est sans doute à interroger ainsi. Et ceci d’autant plus que cette continuité ou continuation peu évidente vaut pour d’autres œuvres fondamentales de ces dernières décennies, qui, comme elle, ont défait les questions de transmission (ce qui passe d’un être à un autre, d’une génération à une autre) et d’institution (ce qui s’inscrit dans le temps long et l’instruit, au delà de l’actualité), deux notions qui reviennent aujourd’hui violemment et à tout le moins dans le désordre alors que ces mêmes œuvres nous avaient engagés à les reformuler.

Voir la notice complète sur HAL

Actualités