De l’Ailleurs enfoui à l’Ailleurs révélé : résurgences postcoloniales. Chapitre d’ouvrage - 2009

Xavier Garnier

in Daniel Lançon et Patrick Née (ed.), L’Ailleurs depuis le romantisme. Essais sur les littératures en français., 2009, pp. 395-411

Résumé

Le type d’Ailleurs que représente le continent africain ne saurait être mieux désigné que par l’expression très courante, y compris sur le continent lui-même, d’ « Afrique profonde ». La littérature coloniale, qui s’écrit pourtant au nom d’une bonne connaissance du terrain, joue l’impossibilité de transformer cet Ailleurs en Ici : l’inconnaissable, ou le mystère, étant une dimension revendiquée par ceux qui se disent « initiés » au continent. On examinera comment, de l’époque coloniale aux indépendances, la littérature africaine reprend ce principe d’un Ailleurs enfoui au cœur de l’Ici africain, générant ainsi d’une dynamique narrative novatrice, qui nourrit toujours le roman africain contemporain. Le sentiment de vivre dans des lieux où il ne se passe rien (villages ou périphéries urbaines) est ambivalent : il dit de façon explicite un rêve d’Ailleurs, mais également, et de façon plus profonde, le pressentiment d’une menace intérieure, attachée à l’Ici, et qui est l’autre face de l’Ailleurs rêvé

Voir la notice complète sur HAL

Actualités