Écrire pour peindre : Les moji-e de Hokusai et Hiroshige Article - 2007

Marianne Simon-Oikawa

Marianne Simon-Oikawa, « Écrire pour peindre : Les moji-e de Hokusai et Hiroshige  », Textuel, 2007, pp. 75-96

L’artiste s’intéresse à l’un des usages des moji-e (" images en écriture ") à l’époque d’Edo (1603-1867) : leur introduction comme outil pédagogique dans l’apprentissage du dessin. A partir d’un corpus encore largement méconnu de moji-e de Hokusai et Hiroshige constitué de graffitis, de manuels de dessins et de poèmes, il montre comment, chez ces deux artistes, l’écriture devient un élément structurel du dessin et renoue avec ses origines iconiques.

The paper discusses one of the uses of the moji-e (" image made from written characters ") during the Edo period (1603-1867) : their introduction as an educational method in the teaching of drawing. Focusing on a corpus of moji-e rarely studied by Hokusai and Hiroshige (graffiti, drawing textbooks and poems), it shows how the written character becomes a structural element of the drawing in the works of the two artists, and comes back to it iconic origins.

Voir la notice complète sur HAL

Actualités