Enargeia, Akribeia : écrire Les disparus dans le sillage d’Hérodote et de Thucydide Article - 2018

Marie-Hélène Boblet

Marie-Hélène Boblet, « Enargeia, Akribeia : écrire Les disparus dans le sillage d’Hérodote et de Thucydide  », Tangence, 2018. ISSN 1189-4563

Résumé

En 2006, parut aux États-Unis un récit de Daniel Mendelsohn, que son titre et l’exergue empruntés à La recherche du temps perdu 1 plaçaient immédiatement sous l’égide de la mémoire plutôt que de l’histoire. Pourtant, traduit en France en 2007 sous le titre Les disparus 2 , le livre y reçut un accueil très enthousiaste, rencontrant la richesse des questions que la décennie se posait sur les relations entre histoire et fiction. En dépit de la connotation subjective et pathétique du titre qui implique la relation d’un sujet à un objet perdu, ce récit d’enquête, nourri de culture grecque et des exemples épistémologiques que l’Antiquité nous a légués, s’apparente au récit historique. Mais la narration, doublée de méta-narrativité, s’accompagne en outre d’une glose inspirée par la culture juive que s’est tardivement, et justement à la faveur de cette enquête, appro-priée Daniel Mendelsohn : la tradition talmudique du commentaire biblique oriente la connaissance scientifique, historique, vers une 1. « Quand nous avons dépassé un certain âge, l’âme de l’enfant que nous fûmes et l’âme des morts dont nous sommes sortis viennent nous jeter à poignée leurs richesses et leurs mauvais sorts. » Proust, La Prisonnière, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade, 1955, III, p. 79. 2. Daniel Mendelsohn, Les disparus [The Lost, 2006], trad. de Pierre Guglielmina, Paris, Flammarion, 2007. Désormais les références à cet ouvrage seront indi-quées par le sigle D, suivi de la page, et placées entre parenthèses dans le corps du texte. Enargeia, Akribeia : écrire Les disparus dans le sillage d’Hérodote et de Thucydide

Voir la notice complète sur HAL

Actualités