Jacques Roubaud et la philosophie - M. Goodman rêve de philosophie Article - 2017

Christophe Reig , Jacques Roubaud et la philosophie - M. Goodman rêve de philosophie , Cuadernos de Filología Francesa, 2017, pp. 99-120

Résumé

L’appétence de Jacques Roubaud pour une gamme étendue de savoirs disséminés dans la plupart de ses textes fait désormais partie de la vulgate critique. Toutefois, il semble épineux de réduire exclusivement à des phénomènes de simple reprise la captation du vaste champ " philosophique " opérée dans Le Grand Incendie de Londres. Le premier temps de cet exposé sera l’occasion d’examiner les raisons de ce goût ambigu que Roubaud manifeste fréquemment pour la philosophie, tout en reconnaissant l’essentielle différence de visée avec l’activité littéraire. Une fois cette précaution rappelée, on consacrera l’attention sur ces fameux " opérateurs formels " (paradoxes, etc.) prélevés et détournés notamment de la philosophie analytique anglo-saxonne qui projettent leurs lumières fascinantes sur les textes. Enfin, le terminus de ce petit essai fournira l’occasion de s’interroger sur les effets spéculatifs de l’écriture, les possibilités organisées de fictionnaliser (par) la philosophie, en détournant ses concepts… mais aussi de philosopher par la fiction. Bref, si ce n’est d’abolir le clivage essentiel qui les définit, du moins ressaisir les opportunités offertes par les " expériences de pensée " - fréquentes dans le Grand incendie - et d’envisager leurs conséquences sur l’écriture.

Voir la notice complète sur HAL

Actualités