L’alexandrin dans "Cyrano de Bergerac Article - 2004

Jeanyves Guérin

Revue d’Histoire du Théâtre, 2004, pp. 221-234. ISSN 1291-2530

Résumé

Avec "Cyrano de Bergerac", le théâtre en vers jette ses derniers feux. La pièce triomphe parce qu’elle répond aux attentes d’un large public qui a gardé la nostalgie du drame romantique. De Claudel à Henri Ghéon, les hommes de la NRF méprisent les facilités mirlitonesques de Rostand. Cette étude entend montrer que son alexandrin, souvent haché ou farci de chevilles, est, comme celui de Molière, un vers de théâtre.i

Voir la notice complète sur HAL

Actualités