L’engendrement de l’espace architectural : trois modèles (Wölfflin, Schmarsow, Lipps) Chapitre d’ouvrage - 2017

Mildred Galland-Szymkowiak

in Construire et éprouver, dans l’espace et dans la pensée. Points de rencontre entre architecture et philosophie, 2017. 〈https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01502022〉

Résumé

Cet article a pour objet non pas la naissance matérielle de l’édifice mais l’émergence, entre le sujet humain et l’édifice, de l’espace esthétique dans l’expérience architecturale. L’espace architectural pris en ce sens n’est pas donné : il naît à la conjonction d’une forme, de sensations relatives à cette forme, et d’une certaine tonalité affective. Il s’agit ici de rendre compte de trois compréhensions de l’engendrement de cet espace, qui, telle est la thèse ici proposée, est en même temps un certain type d’émergence à soi du moi humain : chez Heinrich Wölfflin, August Schmarsow et Theodor Lipps, trois variations autour de l’idée d’empathie (Einfühlung) esthétique mettent au jour trois manières de penser cette naissance de l’espace architectural, déployant à chaque fois une certaine entente du sujet et une certaine approche de l’édifice.

Voir la notice complète sur HAL

Actualités