Le voyage en Égypte de Jean-Jacques Ampère Chapitre d’ouvrage - 2009

Sarga Moussa

in Ruines et lieux funèbres, 2009, pp. 117-136

Résumé

Historien et philologue, auteur de plusieurs ouvrages de mythologie comparée et de récits de voyage (en Italie, en Orient, en Amérique...), Jean-Jacques Ampère, né à Lyon en 1800, mort à Paris en 1864, fait partie des demi-oubliés de l’histoire littéraire. Si la gloire de son père, le célèbre physicien, a sans doute éclipsé la sienne, il n’en reste pas moins que Jean-Jacques Ampère a fait une belle carrière académique : succédant à Fauriel, en 1830, à la Sorbonne, où il occupe la chaire d’histoire des littératures étrangères, il accède dès 1833 au Collège de France. La même année, il publie Littérature et voyages : Allemagne et Scandinavie, qui fait de lui, avec Xavier Marmier (autre grand voyageur et comparatiste), l’initiateur du " tableau culturel " au XIXe siècle. En 1842, Ampère est élu à l’Académie des Inscriptions et belles-lettres, et, en 1847, il est reçu à l’Académie française. Ces années-là sont assombries par la mort d’amis proches (Ballanche, Chateaubriand, Mme Récamier...), ce qui ne l’empêche pas de continuer à publier, notamment sur l’histoire romaine. Ampère publie son Voyage en Égypte et en Nubie dans la Revue des Deux Mondes, en plusieurs livraisons, entre 1846 et 1849. Nerval fait de même pour son Voyage en Orient, à la même époque. C’est une pratique très courante, au XIXe siècle, qui permet d’atteindre un large public, - avant de réunir les différents épisodes du récit pour que celui-ci soit publié en librairie. Dans le cas d’Ampère, le Voyage en Égypte et en Nubie ne paraîtra en un volume que de manière posthume, en 1868. On n’observe quasiment aucune variante entre la version publiée en revue et celle publiée en librairie, si ce n’est, dans ce dernier cas, l’adjonction d’une conférence d’Ampère sur les castes et les professions dans l’ancienne Égypte, ainsi qu’une lettre d’Ampère adressée au ministre de l’Instruction Publique, sorte de rapport de mission où il passe en revue un certain nombre d’inscriptions, d’objets et de monuments pharaoniques examinés en Italie et en Égypte.

Voir la notice complète sur HAL

Actualités