Orientalisme et idéologie. La représentation d’Alexandrie chez Volney et Denon Chapitre d’ouvrage - 2013

Sarga Moussa

Sarga Moussa, « Orientalisme et idéologie. La représentation d’Alexandrie chez Volney et Denon  », in Le Moment idéologique. Littérature et sciences de l’homme, 2013, pp. 165-177

Résumé

Pour les voyageurs en Égypte de la fin du XVIIIe siècle que sont Volney et Denon, Alexandrie est la porte d’entrée en Orient. Loin d’apparaître comme la cité cosmopolite, à la fois levantine et tournée vers l’Europe, qu’ont célébrée nombre d’écrivains du début du XXe siècle, l’Alexandrie visitée en 1783 par le jeune Volney, déjà parfaitement introduit dans le milieu des Philosophes, puis en 1798 par Denon, qui accompagne l’expédition de Bonaparte en tant que dessinateur et chroniqueur, se présente au regard des Européens comme une ville proprement orientale, dont les signes d’altérité sont fortement mis en évidence. Située en Égypte, c’est-à-dire dans une province de l’Empire ottoman (un empire dont le pouvoir " despotique " est fantasmé comme l’antithèse absolue du bon gouvernement), - cette Alexandrie-là n’a rien des charmes exotiques que les voyageurs romantiques associeront à l’Orient. Pourtant, en une quinzaine d’années - entre l’arrivée de Volney et celle de Denon sur le sol égyptien -, l’image de cette ville, ainsi que l’usage littéraire qu’en font ces deux voyageurs, se transforment sensiblement.

Voir la notice complète sur HAL