Pour une géocritique des littératures en langues africaines Article - 2015

Xavier Garnier

Etudes littéraires, numéro spécial Géographies transnationales du texte africain et caribéen, 2015, pp. 21-30. ISSN 0014-214X

Nous partons de la notion de réseau pour analyser les modalités actuelles de développement des littératures en langues africaines dans le contexte de la littérature mondiale. Contrairement à ce qu’avait pu penser Albert Memmi dans les années cinquante lorsqu’il annonçait, dans son Portrait du colonisé, le développement inéluctable de ces littératures dans le cadre de dynamiques nationales, c’est au niveau transnational que les choses semblent se jouer. La mise en question du lien supposé entre une langue – dite indigène, autochtone, locale ou nationale selon les contextes – et un territoire est au cœur de notre réflexion pour montrer comment cette proximité supposée de la langue et des espaces géographiques est précisément un puissant vecteur de déterritorialisation.

Drawing on the concepts of networks, this article investigates the rise of African languages in todays’global literacy landscape. Contrary to Albert Memmi’s belief in his 1957 Portrait du colonisé, idiomatic African works have spread transnationally instaed of within national boundaries. This article focuses on the expected linkage between a language - be it indigenous, native, local or national - and an area to prove just how strongly conductive to geographic disseminatin this proximity can be.

Voir la notice complète sur HAL

Actualités