Pour une lecture politique de l’"Antigone" d’Anouilh Article - 2010

Jeanyves Guérin

Études littéraires, revue de l’Université Laval (Québec), numéro spécial Anouilh aujourd’hui, 2010, pp. 93-104

Depuis plus de soixante ans, l’Antigone d’Anouilh est l’un des plus grands succès du théâtre français. Créée sous l’Occupation, elle la été reprise dès lendemain de la Libération. Sa représentation a fait à l’époque l’objet de lectures politiques contradictoires. Pour les uns, l’héroïne de Sophocle est une résistante à la tyrannie ; pour d’autres, l’auteur a saccagé une icône morale et civique et humanisé Créon le tyran. Le critiques n’avaient pas fait attention à un texte qui est habile et entretient toutes les ambiguïtés possibles.

Anouilh’s Antigone has been one of the most popular plays staged in France overs sixty years. Premiered at the end of the Occupation, it was again staged right after the Liberation, drawing conflicting political readings at the time. For some, Sophocles’ heroine resisted tyranny, while others believed the author had destroyed her civic and moral personality and humanized the tyrant Creon. Obviously, critics had not payed enough attention to a text both skillfully wrought and suitably ambiguous.

Voir la notice complète sur HAL

Actualités