Roman historique et vérité romanesque : Les Bienveillantes de Jonathan Littel ou comment le romanesque redonne une mémoire à ’histoire - Article - Juillet 2008

Marie-Hélène Boblet

Marie-Hélène Boblet, « Roman historique et vérité romanesque : Les Bienveillantes de Jonathan Littel  », Romanesques : revue du Centre d’études du roman et du romanesque [de l’Université de Picardie-Jules Verne], juillet 2008, pp. 221-240. ISSN 2269-7586

Résumé

L’extravagance et la démesure du roman romanesque Les Bienveillantes et l’identité narrative de Max Aue, responsable du récit, et le croisement entre roman historique et roman fantasmatique permettent d’entrer dans la Weltanschaung nazie. La représentation romanesque s’accorde à la représentation idéologique pour maintenir l’effroi dans la cité.

Voir la notice complète sur HAL

Actualités