« Scénographies de l’écrit dans les performances poétiques de Bernard Heidsieck » Chapitre d’ouvrage - 2018

Gaëlle Theval

Gaëlle Theval, « « Scénographies de l’écrit dans les performances poétiques de Bernard Heidsieck »  », in Olivier Penot-Lacassagne ; Gaëlle Théval (ed.), Poésie et performance, 2018, pp. 117-132. ISBN 2350183920. 〈http://encd.fr〉

Résumé

Pionner de la « poésie sonore », Bernard Heidsieck entend, à partir du milieu des années 1950, « dégutembergriser » une poésie menacée d’étouffement par son medium dédié, perçu comme une facilité ou un carcan, au profit d’une poésie d’abord qualifiée de « sonore » en ce qu’elle use du nouveau moyen de production et de diffusion qu’est le magnétophone. Pourtant, si l’écrit n’est plus le medium dominant de cette poésie, il ne disparait pas pour autant. L’imprimé n’est plus l’espace de la poésie, mais devient partie de son espace. « Donner à voir le texte entendu » : c’est de cette proposition de Bernard Heidsieck que la présente communication se propose de partir afin d’étudier la manière dont l’écrit se met en scène au sein des lectures-performances du poète sonore, au titre de partition, mais également comme partie intégrante du dispositif intermédial que constitue alors chaque performance.]

Voir la notice complète sur HAL

Actualités