Spectre de la fugitive : les fantômes de Robert Desnos Chapitre d’ouvrage - 2012

Marie-Paule Berranger

Marie-Paule Berranger, « Spectre de la fugitive : les fantômes de Robert Desnos  », in Myriam Boucharenc, Marie-Paule Berranger (ed.), A la rencontre, 2012, /. ISBN 978-2840 1612 19

Résumé

Dans " la longue théorie de promeneuses éphémères et fascinantes " du surréalisme (Claude Leroy, Le Mythe de la passante) qui hantent les textes de Breton, d’Aragon, de Soupault, jusqu’à Mandiargues, Nadja qui " sourit mystérieusement ", qui met en scène ses apparitions-disparitions sur les parcours de Breton se définit elle-même comme une " âme errante ". " Âme errante ", " Mystérieuse " , " Apparition ", ces trois attributs de Nadja ont, un peu avant, été fatals à un autre extravagant, Robert Desnos, saisi dès sa première rencontre avec la chanteuse Yvonne George, sans doute fin 1923. La Mystérieuse est de la famille de la Passante, même si la rencontre avec le poète a lieu un peu plus tard dans le scénario de son inexorable glissement vers l’au-delà. Elle est l’éphémère incarnation de la " fugitive beauté " du sonnet baudelairien. Car c’est bien leur fuite qui fascine Desnos dans ces glissantes sirènes, étoiles en perdition, âmes ou voix errantes qui lui infligent toutes les " Douleurs de l’amour ", et qu’il lui faut poursuivre jusqu’au pays des ombres. Modèle du paradigme de la fugitive spectrale, elle n’est pas pour autant à l’origine de la séduction de l’outre-tombe : " Confession d’un enfant du siècle " montre que, depuis l’enfance, le spectacle de la souffrance et de la mort, inextricablement lié à l’Eros, est décrit par Desnos comme scène originelle de la jouissance. Que la femme fatale ait des allures de vampire ne nous surprendra pas. On en suivra les avatars dans les essais critiques que l’auteur consacre aux héroïnes du cinéma, aux belles voix sans corps des chanteuses de jazz, jusqu’au "Journal d’une apparition" publié dans La Révolution surréaliste, qui n’est pas sans rappeler le Horla. D’autres textes palimpsestes comme "La Maison des morts" d’Apollinaire, "Le Colloque sentimental" ou "Lettre" de Verlaine reviennent ici hanter l’écriture de Desnos

Voir la notice complète sur HAL

Actualités