Terres promises. Emerveillement et récit au XXe siècle Ouvrage (y compris édition critique et traduction) - 2011

Marie-Hélène Boblet

Marie-Hélène Boblet, Terres promises. Emerveillement et récit au XXe siècle , Corti (ed.), Corti, Les Essais, 2011, p. 265. ISBN 978-2-7143-1063-7

Résumé

Si le roman a cru ne plus pouvoir croire en rien au point de ne plus assumer ni intrigue ni message ni personnage, quelques francs-tireurs ont parié sur la foi en l’événement, sur le sens et sur la présence quand même. Le Grand Meaulnes, les récits surréalistes, Le Rivage des Syrtes, les romans de Dhôtel ou de Sylvie Germain racontent l’émerveillement qui suspend à son incandescence toute temporalité, existentielle comme narrative, et réenchante le réel de la logique du sensible et du possible. L’émerveillement est une émotion paradoxale, composée d’effroi et d’extase, de stupeur et d’éblouissement. Le " merveilleux pouvoir de sentir " dont s’enorgueillit Alain-Fournier irrigue le pari du récit surréaliste sur le réel qui inclut " tout l’au-delà de cette vie ", tandis que " le sentiment de la merveille unique d’avoir vécu dans ce monde et dans nul autre " anime les personnages gracquiens. " L’ art de la défaillance " dhôtelien s’accorde à la " science de l’égarement ". Enfin Sylvie Germain, dans une œuvre complexe et composite, épique et lyrique, chante la splendeur et la douleur d’être. Ces romanciers agencent des histoires qui font vibrer un peu de cette stupeur d’être au monde quand même, qui résonne de Breton à Germain. Ils me semblent relever des défis esthétiques et éthiques féconds pour le vingt-et-unième siècle naissant.

Voir la notice complète sur HAL

Actualités