Modernités postcoloniales et littérature. Les modernités plurielles sont-elles un obstacle à l’universel ?

Organisateurs : Xavier Garnier, Lorenzo Mari, Laetitia Zecchini

Salle Beckett, ENS
45, Rue d’Ulm

A partir d’un corpus littéraire qui s’étend à trois continents (Europe, Amérique du Nord et Afrique) et quatre décennies, jusqu’au début des années 70, cette proposition de Lorenzo Mari vise à intervenir dans le débat qui oppose la « modernité singulière » aux « modernités plurielles » ou « alternatives », pour discuter les contradictions internes à ces deux pôles théoriques, mais aussi ses possibles points d’intersection. Si, d’une part, l’interprétation de ce corpus suivra les méthodologies utilisées dans les études postcoloniales, le débat sera d’autre part ouvert à toute perspective théorique qui s’interroge soit sur la nécessité, soit sur l’impossibilité, de renoncer à cet « universel » qui a contribué à modeler la modernité dite euro-américaine.