Quatrièmes rencontres de la Galerie Colbert. Autour des Esclaves de Michel-Ange. Terribilità, inachèvement, espace Journée d’étude

Organisateurs : Ada Ackerman, Michaël Decrossas (INHA) Soercha Dyon (INHA) Ludovic Jouvet (INHA) Kateryna Lobodenko (université Sorbonne Nouvelle Paris III) Massimo Olivero (université Sorbonne Nouvelle Paris III) Emmanuel Ussel (INHA)

INHA
Galerie Colbert, 2 rue Vivienne, 75002 Paris

Pour cette quatrième édition, la Galerie Colbert ouvre à nouveau ses portes au grand public. Lieu historique conservant la mémoire du XIXe siècle et de ses fameux « passages », elle héberge depuis 2001 la plupart des établissements d’enseignement et de recherche d’Île-de-France en histoire de l’art, ainsi que l’Institut national du patrimoine.

Les Rencontres du 31 janvier 2015 permettront de visiter ce haut lieu de la recherche, de la formation et de la coopération internationale en histoire de l’art, et de découvrir les savoir-faire, les outils d’analyse, les méthodes d’examen et d’interprétation des chercheurs qui y œuvrent : historiens de l’art, de la littérature, des arts de la scène, de l’écran et de la photographie, ou conservateurs du patrimoine et des bibliothèques, et restaurateurs. De même, elles constitueront un moment de renforcement de la communauté scientifique de l’histoire des arts, en tissant des liens entre chercheurs confirmés et doctorants.

À nouveau, une œuvre a été choisie pour fédérer les réflexions et nourrir les débats, un chef-d’œuvre de l’art européen, qui a durablement marqué l’imaginaire des artistes et des créateurs : les Esclaves de Michel-Ange.

Exécutés entre 1513-1516 dans le cadre de la décoration du tombeau de Jules II, au programme particulièrement ambitieux et soumis à de nombreuses évolutions, L’Esclave rebelle et l’Esclave mourant furent laissés inachevés par leur auteur, qui les écarta de la version définitive du tombeau. Les deux sculptures furent ensuite offertes par Michel-Ange à Roberto Strozzi, qui les emoprta avec lui en France, où elles sont actuellement conservées, au musée du Louvre. Malgré ces vicissitudes, ces deux Esclaves, parfois appelés Captifs ou Prisonniers, notamment par Vasari, furent immédiatement reconnus comme des réalisations majeures de l’artiste.
Remarquables pour leurs corps expressifs et contorsionnés inspirés par la statuaire antique, ces sculptures se prêtent encore aujourd’hui à de nombreuses interprétations et controverses. Sur un plan philosophique, l’esclavage qu’elles incarnent peut renvoyer à la vision néoplatonicienne chère à Michel-Ange de l’âme enchaînée à un corps pesant, dont il faut s’affranchir. Elles représenteraient ainsi un mouvement de libération et d’émancipation intellectuelle et philosophique du sujet. Par ailleurs, dans le cadre du programme iconographique auquel elles étaient initialement destinées, elles pourraient aussi symboliser les « provinces subjuguées » par le pape et « soumises à l’église apostolique », selon la description qu’en donne Vasari. L’artiste aurait ainsi repris et transposé à un contexte chrétien un motif de l’iconographie impériale romaine, lui-même inspiré par la figure du satyre ou du centaure ligoté de la statuaire hellénistique.

Si, par l’histoire même de leur conception et de leur devenir, ces deux œuvres représentent une matière fort riche à explorer, elles permettent également de couvrir de nombreux enjeux qui ne se limitent ni au contexte de leur création, ni au seul médium de la sculpture.

PROGRAMME

9h15
Accueil du public

Mot d’introduction
(Auditorium)

Antoinette Le Normand-Romain (Directeur général de l’INHA)


9h30 - 11h

Conférences inaugurales
(auditorium)

Geneviève Bresc-Bautier (conservateur générale du patrimoine honoraire - musée du Louvre)
Barthélemy Jobert (Président de l’Université Paris-Sorbonne)


11h15 - 12h45

2 ateliers simultanés

1. Matière (Salle Benjamin)
Responsable : Soercha Dyon et Ludovic Jouvet (INHA)

Florian Métral (université Paris I Panthéon Sorbonne / HICSA)
Michel-Ange, l’esclave de la peinture. Perspectives sur la voûte de la chapelle Sixtine (1508-1512)
"Je me trouve ici en un lieu qui ne me convient pas, et je ne suis pas peintre". Esclave du pape, esclave du Créateur, esclave de la peinture... On tentera de cerner les fondements et les ressorts d’une poétique de l’esclavage chez Michel-Ange.

Marguerite Pettinotti-Parot (université Paris I Panthéon Sorbonne / HICSA)
Un rapport complexe à la matière : Michel-Ange et la peinture sur pierre
Sebastiano del Piombo inventa en 1535 le procédé permettant de créer des œuvres éternelles et peignit sur pierre d’après des dessins de Michel-Ange. Pourquoi celui-ci refusa-il cette expérimentation et rompit définitivement avec lui ?

Chiara Utro (université Paris Sorbonne)
Terribilità et virtuosité anatomique. Des géants michélangelesques aux sculptures de petite taille par Gaëtano Giulio Zumbo : deux modèles en comparaison.
Deux artistes, deux époques en comparaison. Comment la terribilità michélangelesque évolue-t-elle jusqu’à l’âge baroque ? La confrontation raisonnée entre les œuvres des deux artistes contribue à tracer ce parcours.

2. Inachèvement (Salle Vasari)
Responsable : Ada Ackerman (THALIM / CNRS)

Bertrand Madeline (EHESS / CRAL)
Non finito, carnosità, vivacità. Figures de l’émergence à fleur de pierre.
Le non finito des sculptures de Michel-Ange fournit un paradigme pour penser le procès des formes inchoatives : comme l’esquisse, il est ce qui ne dégage pas complètement une forme du matériau, un sujet du subjectile. En accord avec la symbolique néoplatonicienne d’une lutte de l’âme contre la prison de la matérialité, le degré d’inachèvement de certains Prigioni manifeste aussi le vivant de l’Idée, la vivacité du geste artistique et il permet à l’œuvre de dévoiler les moyens mêmes de son émergence.

Raúl C. Sampaio Lopes (université Paris I Panthéon Sorbonne / HICSA)
L’imperfection n’est pas de ce monde : l’inachèvement impensé de la façade de l’église de la Miséricorde de Penafiel (Portugal) (1764-1769)
Sans fortune critique, de paternité incertaine, l’ouvrage éclaire les liens entre reconnaissance artistique et pensée de l’inachèvement, en un temps et un lieu où celui-ci se traduit par imperfeição.

Vincenzo Mancuso (Institut national d’histoire de l’art)
« La maniera argentea di Guido ». La question du non finito dans la dernière production de Guido Reni
La dernière période de la production de Guido Reni (1575-1642) est caractérisée par une touche diaphane qui évoque la question du "non finito". Il s’agit d’une démarche artistique singulière car la dissolution de la matière picturale correspond à une forme d’ascèse religieuse.

12h45 - 14h
Pause déjeuner

14h - 15h30
2 ateliers simultanés

3. Esclavage (Salle Benjamin)
Responsable : Massimo Olivero (université Sorbonne Nouvelle Paris III)

Dalila Meenen (université Paris Sorbonne)
Le monstre et le nu : L’esclave blanche entre terreur et sensualité
Figure imaginaire du mythe des Mille et une Nuits et à la fois réalité du XIXe siècle, l’esclave orientaliste réinvente le nu académique dans le contexte des conquêtes coloniales et des explorations scientifiques en Orient.

Kenza Jernite (THALIM)
Les représentations de l’asservissement dans le théâtre de Samuel Beckett – figures de l’esclavage moderne dans En attendant Godot, Fin de Partie et Pas.
Beckett écrit dans le contexte de l’après-guerre, alors que de nouvelles formes inhumaines d’asservissement ont vu le jour. Son théâtre est empli de ces figures qui disent une nouvelle forme d’esclavage.

4. Interprétations (Salle Vasari)
Responsable : Michaël Decrossas (INHA)

Ada Ackerman (THALIM / CNRS)
Eisenstein et Michel-Ange : quand le cinéma s’empare de la sculpture
Le cinéaste soviétique Sergueï Eisenstein n’a jamais caché son admiration pour les figures de la Renaissance. Parmi elles, Michel-Ange est une référence qui revient régulièrement sous sa plume. On se propose ainsi de parcourir le travail et la pensée d’Eisenstein dans son rapport à l’œuvre de Michel-Ange.

Antoinette Le Normand-Romain (Institut national d’histoire de l’art)
Rodin : à la manière de Michel Ange
Rodin plaçait Michel-Ange au sommet de son panthéon personnel et, à partir du moment où il l’eut découvert, en 1876, il se référa constamment à lui, notamment en ce qui concerne l’approche du marbre, le jeu sur des zones travaillées différemment, l’utilisation du non finito dans lequel il voyait le signe d’une forme en perpétuelle évolution. Une de ses dernières œuvres, la Muse, aujourd’hui à Dallas, permet de faire le point sur ce qu’il devait à Michel-Ange, tout autant que sur ce qui les séparait.

Pierre Stépanoff (Institut national du Patrimoine)
Les Esclaves de Michel-Ange : une anatomie platonicienne ?
En suivant l’intuition néoplatonicienne de Panofsky et en relisant Platon, Plotin et Ficin, il s’agira de savoir si les Esclaves sont platoniciens dans leur détail, leur corps, leur anatomie.

15h45 - 17h15
2 ateliers simultanés

5. Corps (Salle Benjamin)
Responsable : Kateryna Lobodenko (université Sorbonne Nouvelle Paris III)

Anastasia Painesi (université Paris Sorbonne)
« Le cri effroyable de la souffrance : Hybristai enchaînés dans l’oeuvre de Jusepe de Ribera »
Cet exposé analysera les éléments iconographiques exprimant l’atrocité du châtiment des transgresseurs enchaînés (Marsyas, Ixion, Tityos) dans l’œuvre de Jusepe de Ribera. Il déterminera aussi la source d’inspiration du peintre et étudiera, enfin, la réception de ces images sinistres par le public du XVIIe siècle.

Bénédicte Rolland-Villemot (conservateur en chef du patrimoine, Institut national du patrimoine)
Le travail en représentation dans les arts européens (peinture et sculpture) au XIXe et XXe siècles
Il a été souvent questions de la valeur documentaire des représentations picturales du travail dans les tableaux du XIX e siècle. En cherchant à établir un corpus significatif la première question à se poser est de savoir : Est-ce l’image du “ travailleur ” ? Ceci renvoie alors à l’aspect social du travail ou alors s’agit-il de l’image du travail lui-même, le corps au travail, des gestes du corps ? Cette communication essaie de mettre en œuvre un regard croisé entre l’histoire et l’art et l’anthropologie.

Emily Lombi (Université Sorbonne Nouvelle – Paris III)
Réhabiliter le corps en situation de représentation scénique : les expérimentations de Vsévolod Meyerhold (1874-1940)
V. Meyerhold incarne la figure de l’artiste complet qu’il emprunte à Michel-Ange. Inventeur audacieux, le metteur en scène conçoit une nouvelle approche de l’être en scène ayant pour vertu de réhabiliter le langage du corps. De l’esclave rebelle à l’acteur rebelle, Meyerhold fait le pas.

6. Érotisme (Salle Vasari)
Responsable : Emmanuel Ussel (INHA)

Charlotte Chrétien (université Paris Sorbonne)
La représentation du travestissement et de l’ambiguïté sexuelle du héros à travers le mythe de la découverte d’Achille sur l’île de Skyros dans l’art romain aux époques des Julio-Claudiens, des Flaviens et de l’Antiquité tardive.
Dans son épopée, l’Achilléide, le poète latin Stace s’est employé à retracer cet épisode mythique dans une narration attrayante et dynamique, combinant à la fois la finesse psychologique des personnages, l’ironie, la légèreté et l’humour. Tous ces éléments sont perceptibles dans le domaine littéraire et iconographique grâce à la représentation de l’ethos, de la ruse, du travestissement et de l’ambiguïté sexuelle du futur héros de Troie.

Hélène Leroy (Institut national du Patrimoine) / Thibault Boulvain (Institut national d’histoire de l’art)
Mapplethorpe, "the boy who loved Michelangelo"
Dans les photographies de Robert Mapplethorpe, l’hommage à Michel-Ange résonne avec une esthétique du corps contraint influencée par les pratiques underground des milieux homosexuels new-yorkais.

17h30 - 19h
2 tables rondes simultanées

1. L’effet Michel-Ange (Salle Benjamin)
Modération : Giovanni Careri (EHESS)

L’objet de cette table ronde sera d’envisager l’"effet" produit par l’art et le personnage de Michel-Ange dans la culture occidentale, du XVIe au XXe siècle (sculpture, peinture, littérature, cinéma)

Nicolas Cordon (université Paris I Panthéon Sorbonne / HICSA)
Michel-Ange et ses simulacres

Sara Vitacca (université Paris I Panthéon Sorbonne / HICSA)
« Sous les yeux clos » : Regards croisés autour de l’Esclave mourant au XIXe siècle

Abslem Azraibi (EHESS / CEHTA)
Du corps prisonnier à l’architecture libérée

2. Michelangelo Reloaded : Les Esclaves (re)vus par Robert Smithson (Salle Vasari)
Modération : Larisa Dryansky (Institut national d’histoire de l’art)

De quelle manière le maniérisme de Michel-Ange, et notamment les corps tourmentés de ses Esclaves, ont-ILS pu constituer pour l’artiste américain Robert Smithson un contre-modèle à un certain puritanisme du modernisme ?

Nina Léger (Paris 8 Vincennes Saint-Denis)
« Un idéalisme monstrueux ». Méta et infra-physique des corps de Michel-Ange selon Robert Smithson

Maud Maffei (Paris 8 Vincennes Saint-Denis)
« Un rire apathique » — au-delà de l’expression tragique des Esclaves de Michel-Ange : une lecture de Robert Smithson

Riccardo Venturi (INHA)
« Some corners of hell ». Autour de Asphalt Rundown de Robert Smithson

19h15
Projection débat
(auditorium)

par Le Silo
Collectif dédié aux images en mouvement
[Programmation à préciser]

Renseignements
michael.decrossas chez inha.fr
Coordination INHA
sarah.feron chez inha.fr
tel. : 01 47 03 79 01
Entrée libre

En savoir plus