Le cinéma en Union soviétique et la guerre, 1939-1949 (CINESOV) Programme national

Responsable : Valérie Pozner

Ce programme a été sélectionné par le programme "BLANC" de l’ANR, édition 2012, en Sciences humaines et sociales (SHS 3) : Culture, art, civilisation.

La démarche associe histoire politique et histoire du cinéma : archives papier et archives films seront traitées sur un pied d’égalité. Le projet consistera dans un premier temps à établir un inventaire des productions (fictions et documentaires) de la guerre et de l’immédiat après-guerre qui codifient le récit du conflit. Ce travail de recensement s’accompagnera d’une analyse de la politique cinématographique soviétique dans ses implications économiques et sociales. On étudiera les instances de décision et de censure, mais aussi quatre studios représentatifs des évolutions entre 1939 et 1949. Enfin on retracera les itinéraires de quelques professionnels mobilisés pour offrir aux spectateurs du front et de l’arrière un reflet du conflit en cours. Ces tâches de recensement et d’histoire institutionnelle, au coeur du programme de recherche, constituent le préalable à une analyse des images filmiques. Les productions seront examinées du point de vue de la mise en scène de la société plongée dans la guerre et de la représentation de la mort à l’écran. Les stratégies d’exclusion sociale et d’héroïsation par l’image, expérimentées au cours des années 1930, s’adaptent plus ou moins facilement aux circonstances (défaite, puis victoire). Par son ampleur et la spécificité du cas des populations juives, la mort de masse connaît des inflexions propres à l’Union soviétique, qui se retrouvent dans le traitement politique et cinématographique des « atrocités » commises par l’ennemi et particulièrement de la Shoah. Le second axe analysera les usages de ces images dans le cadre d’une guerre des propagandes qui prend pour cible tant le public soviétique que l’audience internationale. La réévaluation du rôle du peuple russe dans l’histoire mondiale et soviétique se situe en effet au coeur d’une minutieuse organisation de la diffusion et de la réception des images produites en URSS. Au sortir de la guerre, l’introduction de films trophées étrangers sur un marché fermé depuis une décennie contredit toutefois cette propagande omniprésente. Le programme de recherche se conclura ainsi par une analyse de cette histoire entrecroisée.

Le programme prévu pour trois ans a été prolongé d’un an

Équipe ARIAS : Natacha Laurent (Cinémathèque de Toulouse), Christophe Gauthier (BNF), Juliette Denis (Nanterre – CFR de Moscou), Eric Aunoble

Équipe université de Strasbourg : Alexandre Sumpf, Nathalie Moine (CERCEC), Matthias Steinle (Paris 3), Sophie Cœuré (Paris 7), Gabor Rittersporn (CERCEC) , Vanessa Voisin (CFR de Moscou)

Post-doctorants : Vanesa Voisin et Juliette Denis

Activités scientifiques :

  • 16-17 décembre 2013, journées d’études « Filmer les crimes de l’ennemi : images soviétiques » (non ouvertes au public).

Dans les médias :
http://www.huffingtonpost.fr/2015/01/10/memorial-shoah-exposition-filmer-guerre-sovietiques-shoah_n_6428442.html

Actualités