Les Cahiers du CERACC n°8

Littérature et enfermements Numéro thématique de revue - Novembre 2015

Anaëlle Touboul, Marion Croisy, Marie Sorel (dir.), « Littérature et enfermements », Les Cahiers du CERACC n°8 , Novembre 2015

De la clôture à la claustration, du confinement à la contrainte, le thème de l’enfermement se décline selon des modalités plurielles. Lors de la journée d’études qui s’est tenue le 15 juin 2013 en Sorbonne − dont le présent cahier constitue les actes −, nous avons souhaité déployer l’éventail des facettes de ce motif protéiforme, qui traverse la littérature depuis ses origines, et dont la modernité s’est très largement emparée. Cet attelage de l’enfermement et de la modernité suscite a priori le questionnement, puisque être « moderne », n’est-ce pas avant tout briser le joug traditionnel, se libérer de la prison du classicisme entendu au sens large ? Cette confrontation nous a paru d’autant plus intéressante que la question de l’enfermement se révèle particulièrement saillante durant la période proposée à l’étude. Rappelons que le XIXe siècle est celui de la mise en place du système carcéral moderne et de l’encadrement institutionnel de l’asile psychiatrique. Si les thèses de Michel Foucault sur la société disciplinaire [2] ont pu être contestées, elles témoignent du moins de ce sentiment d’enfermement omniforme qui baigne l’époque concernée et que reflètent les œuvres littéraires. Plus largement, la vision du monde bourgeoise, qui s’est progressivement imposée comme idéologie dominante dans notre société, s’est forgée dans « la négation de toute extériorité [3] ». Le développement croissant tout au long de ces deux siècles d’une société marchande, individualiste et aliénante entraîne par ailleurs l’émergence de nouveaux lieux et modes d’enfermement dont se saisissent les littérateurs, que l’on songe aux Halles de Paris au XIXe siècle [4] ou au monde de l’entreprise à la fin du XXe siècle [5].
Lire la suite

Les Cahiers du Ceracc est une revue électronique dirigée par Samuel Harvet (doctorant Thalim) et Chloé Chouen (docteure de Paris 3).

http://www.cahiers-ceracc.fr/