René Char. Là où brûle la poésie Ouvrage - 2007

Danièle Leclair, René Char. Là où brûle la poésie , 2007

Danièle LECLAIR : René Char. Là où brûle la poésie. Biographie. Editions ADEN, 2007, 640 pages.

QUATRIEME DE COUVERTURE

René Char a soumis toute sa vie – et celle de ses proches – aux exigences de la poésie. Les plus grands artistes et penseurs du XXe siècle sont venus vers lui (Eluard, Camus, Braque, Miro, de Staël, Vieira da Silva, Boulez, Heidegger) et les jeunes poètes ont été fascinés par la force de l’œuvre et la stature de l’homme.
Acharnée à dire les instants de grâce offerts par la nature autant que l’héroïsme des maquisards pendant la Résistance, la grandeur de l’homme sur terre aussi bien que sa condition tragique, la poésie de Char résiste à la lecture et subjugue.
La tension qui caractérise l’œuvre de Char - entre exaltation et pessimisme, chant et anathème - est à l’image de sa vie, en équilibre permanent entre des êtres et des pôles complémentaires, Paris et la Provence, le passé et la modernité, l’absence et la présence. Joie et douleur sont toujours conjointes en lui. Lui-même s’inscrit dans la lignée des « grands souffrants », Hölderlin, Rimbaud, Van Gogh, venus apporter aux hommes d’aujourd’hui et de demain, un souffle de révolte et une lucidité sans complaisance.

TABLE DES MATIÈRES

Chapitre 1 : 1907-1929 : Enfances d’un « fils de la Sorgue »

La famille - Le microcosme de la Sorgue - Une communauté d’hommes - De la plaine de la Sorgue aux « montagnes » - Lectures et premiers écrits.

Chapitre 2 : 1929-1939 : La traversée du surréalisme et le pressentiment de la guerre

1930-1932 : ivresse de la vie et de l’écriture - 1933 : retour au « pays » natal - 1934 : Char se sépare du groupe surréaliste - 1936 : Moulin premier - Découverte de la peinture et premières collaborations - Dehors la nuit est gouvernée - Nouvelles lectures - 1938 : « Le Visage nuptial » - Les premiers « frères » en poésie - L’amitié avec Paul Eluard - L’amitié avec Gilbert Lely - Char face au nazisme.

Chapitre 3 : 1939-1946 : L’épreuve de la guerre et de la Résistance

Le temps de la guerre - Le retour à L’Isle et l’entrée en résistance - 1942-1943 : réflexion sur la poésie - Achèvement de Seuls demeurent - La vie la poésie - Fraternité : portraits d’hommes – Feuillets d’Hypnos : la mise en scène du récit tragique - La « contre-terreur » - 1946 : refus de la vengeance et pessimisme - Rencontre de Camus - Rencontre de Braque.

Chapitre 4 : 1947-1957 : Le temps de la plénitude, intensité de la création et des échanges

Temps de la paix : Le Poème pulvérisé - Fureur et mystère (1948) - Nouvelles écritures : scénarios, pièces de théâtre, ballets - Christian et Yvonne Zervos : l’aventure des Cahiers d’Art - Les Matinaux (1947-1949) - Le Rébanqué - Mal être - A une sérénité crispée (1951) - Amitié avec Camus - Avec Camus, lectures et relectures - Char et les poètes de son temps - Lettera amorosa (1953) - Char et la peinture - Amitié et collaborations avec Braque - Amitié cachetée - Nicolas de Staël - Poésie et musique - Vente des Névons - Recherche de la base et du sommet (1955).

Chapitre 5 : 1957-1968 : Retour amont, à la recherche d’un ressourcement

Rencontre de Dominique Fourcade – La Parole en archipel (1952-1960, publié en 1962) – Marie-Christine du Bouchet - Les Busclats – Passion et fiction littéraire - Les « Plâtres » - Maladie de Julia (1957-1965) - Retour amont - La poésie est étreinte du réel – Sur la poésie, échanges avec Jacques Dupin - Amitié avec Maria Helena Vieira da Silva - Nombreuses disparitions - Mauvaise santé – Arrivée d’Anne Reinbold, future compagne - Reconnaissance et fidélité - Une perception proustienne du temps - La condamnation de la technique – Le plateau d’Albion – La rencontre avec Heidegger et les « séminaires » du Thor - Accident cérébral (mai 1968).

Chapitre 6 : 1968 -1978 : Entre deux crises, le corps défaillant, l’énergie de la poésie

Le Chien de cœur (1968) et L’effroi la joie (1969) - Le foyer du poème - 1970 : mort d’Yvonne Zervos - Deux grands hommages - La Nuit talismanique - Aromates chasseurs - Rupture avec ses amis (1974-1975) - Lieux et maisons - L’« absence-présence » - La présence aux Busclats - L’hiver - Chants de la Balandrane - Grave infarctus (août 1978).

Chapitre 7 : 1978-1988 : Une fin de vie très sombre

Comment étreindre encore le réel ? - Fenêtres dormantes et porte sur le toit (1973-1979) - Traductions (La Planche de vivre) et projet d’anthologie - Le fiasco du Musée-bibliothèque René Char - Etudes sur son œuvre - La folie, angoisse et réalité - Les Voisinages de Van Gogh – Souffrance et rêve - La mort - Enterrement - Après la mort - Eloge d’une soupçonnée.