Collectif « Penser d’ailleurs ». Atelier de lecture Théorique

Organisateurs : Elara Bertho, Anne Castaing, Ninon Chavoz, Xavier Garnier, Sarga Moussa, Myriam Suchet, Laetitia Zecchini, Collectif PENSER D'AILLEURS

Nous sommes nombreux à rechercher dans la littérature une manière de changer notre rapport au monde et à voir dans les textes littéraires des points d’appui pour décentrer notre regard et ouvrir de nouvelles perspectives à la pensée. Une telle ambition pour la littérature suppose une participation active du lecteur qui doit être préparée.

Le collectif « penser d’ailleurs » propose des séances de lecture de textes théoriques venus d’horizons disciplinaires divers (philosophie, anthropologie, sociologie, etc.) susceptibles de nous aider à pratiquer une lecture décentrée des textes littéraires. Il s’agira de lire des textes qui se réclament des « ailleurs », ou des « lointains » pour bousculer nos modes de penser. On s’intéressera aux pensées qui opposent une alternative — qui peut être construite comme géographique (penser depuis le Sud, le Grand Nord, les îles ou les archipels…), culturelle (pensées chinoise, indienne, amérindienne, africaine…) ou radicale (lorsqu’elle cherche à échapper à ces postulats anthropologiques pour se formuler en termes à la fois problématiques et situés) — à une pensée-monde qui se voudrait universelle ou synthétique, mais qui peine à échapper au soupçon de centralité.

Pour chaque séance, un « introducteur » ou une « introductrice » fait une sélection d’extraits (à lire à l’avance par les participants) et se charge d’une courte mise en situation. Le travail en séance sera le plus collectif, participatif et non hiérarchique possible. Il s’agira de partir de nos incompétences, de nous appuyer sur ce que nous ne comprenons pas dans des textes dont nous n’avons pas toutes les clés, pour proposer des pistes de lecture, mettre en discussion des interprétations parfois hasardeuses, en bref expérimenter.

Le collectif se réunira les vendredis de 15h à 17h en salle 430 (site de Censier)

Carnet de recherche : https://ailleurs.hypotheses.org/

https://ailleurs.hypotheses.org/

Séances du séminaire

Séance(s) passée(s)

  • Gloria Anzaldúa présentée par Emeline Baudet
  • Le mouvement zapatiste présenté par Suzanne Gasster
  • TIm Ingold et Philippe Descola présentés par Aline Bergé

    La séance consacrée à Tim Ingold et à Philippe Descola aura lieu vendredi 18 mai 2018 de 15h à 17h à Censier (salle 430).

    Séance animée par Aline Bergé.

    Né en 1948, Tim INGOLD est Professeur d’anthropologie sociale à l’Université d’Aberdeen, en Ecosse (GB). Ses premières enquêtes ethnographiques ont porté sur les Sami Skolt de Finlande et les relations entre l’homme et l’animal dans la région du cercle polaire arctique (Hunters, Pastoralists and Ranchers : Reindeer Economies and their Transformations, Cambridge University Press, 1980). Ses travaux sur les formes de vie, l’habitat, les techniques, les savoir faire et la perception de l’environnement l’ont incité à réévaluer la question de l’évolution à la croisée de l’anthropologie, de la biologie et de l’histoire. En quête d’une écologie de la vie, il étudie sous l’angle des pratiques les trames du vivant (Une brève histoire des lignes, puis Marcher aves les dragons, Zones sensibles, 2011 et 2013) et le complexe de gestes par où l’homme s’engage dans son environnement (Faire – Anthropologie, Archéologie, Art et Architecture, Dehors, 2017). Il propose de penser l’avenir du monde à travers L’Anthropologie comme éducation (trad. de Maryline Pinton, Postface de Yves Citton, Presses universitaires de Rennes, « Paideia », 2018).

    Professeur à la chaire d’Anthropologie de la nature du Collège de France depuis 2000, et directeur d’études au Laboratoire d’anthropologie sociale créé par Levi-Strauss en 1960 (EHESS/CNRS), Philippe DESCOLA (né en 1949) a mené des recherches de terrain en Amazonie équatorienne auprès des Jivaros Achuar (Les Lances du crépuscule, Paris, Plon, « Terre humaine », 1993). Contribution majeure à la critique du dualisme (Nature/Culture) qui a abouti en Europe, au clivage entre sciences sociales et sciences naturelles, son étude comparative des modes de socialisation de la nature dans nombre de sociétés humaines a dégagé 4 manières principales de « composer le monde » : naturaliste, animiste, totémiste et analogiste (Par-delà nature et culture, Paris, Gallimard, 2005), et donné lieu à de nombreux débats (L’Ecologie des autres. L’anthropologie et la question de la nature, Versailles, Quae, 2011).

    Nous proposons de lire :

    – Philippe Descola et Tim Ingold, Être au monde : quelle expérience commune ? Débat présenté par Michel Lussault, Presses Universitaires de Lyon, « Grands débats Mode d’emploi », 2014.

    Extrait : [Descola_Ingold_EAMEC_2014]

    A la lumière de quelques entretiens :

    – Philippe Descola, La Composition des mondes, entretiens avec Pierre Charbonnier, Paris, Flammarion, 2014.

    Extr. 1 : Naturalismes, modernité et « concordance entre les mondes » (Descola_CM_296-307).

    Extr. 2 : Pratiques éducatives et normes culturelles : un parallèle (Descola_CM_312-315)

    Extr. 3 : Action politique et éducation à l’écologie (Descola_CM_322-331).

    Extr. 4 : « maison commune » ou « mondes compatibles » ? (Descola_CM_342-343)

    – Tim Ingold et Julie Laplante, « Une anthropologie philosophique vivante : Entretien avec le professeur Tim Ingold », Anthropologie et sociétés, vol. 40, n°3, janv. 2016, pp. 217–233.

    – Tim Ingold, « Prêter attention au commun qui vient », Conversation avec Martin Givors & Jacopo Rasmi, Multitudes, 2017/3 (n° 68), pp. 157-169.

    Pour échanger à partir de ces trois questions :

    – Quelle est la contribution de ces anthropologues à la réflexion sur notre « expérience commune » du monde ?

    – Comment entendre « notre engagement poétique » dans un « monde unique », proposition de Tim Ingold ?

    – Quel statut et quelle attention acorder au motif paysager que Tim Ingold extrait d’une page célèbre de Charles Darwin, De l’origine des espèces (1859), dans la note marginale de la page 38 ?

    Censier, dalle 430
    13 rue de Santeuil, 75005 Paris

  • La "question Rom" présentée par Catherine Coquio et Jean-Luc Poueyto
  • Epeli Hau’ofa, présenté par Christine Lorre
  • Stefano Harney et Fred Moten présentés par Rémi Astruc
  • Taban lo Liyong, présenté par Pierre Boizette
  • Maria Janion présentée par Sylvia Chassaing et Ninon Chavoz
  • Gilberto Freyre, présenté par Isabelle Launay
  • Ottmar Ette, présenté par Chloé Chaudet
  • Leanne Simpson et Linda Tuhiwai Smith (lecture croisée), présentées par Myriam Suchet
  • James Clifford, présenté par Laetitia Zecchini
  • Gyanendra Pandey, présenté par Anne Castaing
  • Joseph Tonda, présenté par Ninon Chavoz
  • Raymond Schwab présenté par Claire Gallien et Sarga Moussa
  • Keith Basso présenté par Elara Bertho
  • Walter Mignolo, présenté par Claire Gallien
  • Viveiros de Castro , présenté par Xavier Garnier
Actualités