Genre : Littératures, Arts, Médias - 2018-2019

Organisateurs : Thibaut Casagrande, Fanny Lignon

De plus en plus de travaux conduits au sein de THALIM s’inscrivent, de près ou de loin, dans une approche genrée des arts et des littératures. Cependant, force est de constater leur éclatement au sein de l’unité, ce qui a pour conséquence de nuire à leur visibilité tant à l’intérieur qu’à l’extérieur des équipes qui composent notre laboratoire.

L’atelier transversal GLAM se propose de pallier ce problème, d’ordre tout à la fois scientifique et structurel. Il se donne trois missions : regrouper des travaux actuellement épars ; permettre l’émergence et la réalisation de projets innovants, collectifs comme individuels ; valoriser ces recherches à l’intérieur de l’unité et intensifier leur rayonnement dans le champ académique.

Le GLAM a vocation à accueillir, de façon ponctuelle ou sur un plus long terme, l’ensemble des travaux menés dans le triple champ de la littérature, des arts et des médias par les chercheurs et enseignants-chercheurs de THALIM, quelle que soit l’approche « genre » dans laquelle ils s’inscrivent. Il permet le financement partiel des événements et publications afférentes.

Les travaux en cours sont présentés dans le cadre d’un séminaire bimestriel qui permet notamment de confronter avec profit et de façon pédagogique la pluralité des approches genre, dans des perspectives esthétiques, anthropologiques ou historiques.

Séances du séminaire

À venir

Séance(s) passée(s)

  • L’irrationnel chez trois auteures contemporaines : Castillon, Martinez, NDiaye (Sophie Guignard)

    Dans un corpus composé de romans récents (Eux et Les Pêchers de Claire Castillon, Du Domaine des Murmures et La Terre qui penche de Carole Martinez et Ladivine de Marie NDiaye), l’écriture d’une pensée et de phénomènes irrationnels articule un glissement spatiotemporel de l’humain vers le végétal, l’animal ou le monstrueux et introduit une conception altérée du monde. Tout en déployant un univers apparenté à différents registres littéraires (merveilleux médiéval, fantastique, surréalisme), les récits, portés par des voix narratives féminines‚ ont en commun de reconfigurer une expérience sociale traumatique des protagonistes dans un imaginaire fictionnel libéré des contraintes logiques de la réalité. Sous l’angle d’une conceptualisation posthumaniste, j’explore comment l’élaboration du thème irrationnel opère un déplacement des perspectives de l’humain et s’accompagne d’un processus de transformation et de déconstruction de la dualité relationnelle, que j’appellerai irr(el)ationnel.​

    Université Paris 3 - Centre Censier - salle 310
    13 rue de Santeuil, 75005 Paris