La lettre et la ligne Cycle de conférences CEEI-THALIM “2018-2019”

Organisateurs : Hélène Campaignolle-Catel, Marianne Simon-Oikawa, CEEI

Le Cycle de conférences CEEI-THALIM se tient pour la 3e année dans les murs de l’INHA. Organisé en 2018-2019 par Hélène Campaignolle-Catel et Marianne Simon-Oikawa, il vise à développer une réflexion sur les formes matérielles de l’écriture, dans la lignée des réflexions menées au Centre d’étude de l’écriture et de l’image créé par Anne-Marie Christin en 1982. Comme les années précédentes, le cycle sollicitera le réseau du CEEI, les chercheurs associés de Thalim et des intervenants extérieurs, dans une configuration interdisciplinaire et ouverte aux formes non occidentales de l’écrit. Chaque séance sera l’occasion d’une présentation permettant d’interroger l’articulation entre signes et supports de l’écrit (épigraphique, manuscrit, typographique, calligraphique, etc.) et sera suivie d’une discussion collective.

https://ceei.hypotheses.org/categor...

Séances du séminaire

Séance(s) passée(s)

  • Francesca Cozzolino (EnSAD), « Images et écritures exposées sur les murs d’Orgosolo (Sardaigne) »

    La discussion sera animée par Claire Bustarret (Centre Maurice Halbwachs, CNRS-EHESS-ENS)

    Comment on s’y prend en sciences sociales pour étudier les écrits et les images qui s’exposent sur les murs d’une ville ? Quelles approches théoriques et méthodologiques mobilise-t-on ?
    Lors de cette communication nous présenterons le résultat d’une enquête sur peinture murale en Sardaigne et montrerons comment ces fresques transforment le village en espace écrit en produisant une ambiance graphique singulière. La notion d’acte d’écriture, d’ambiance graphique, l’enjeu de la performativité des écrits et des images, la méthode du corpus ou encore du parcours commenté, nous permettent de poser un regard analytique sur les signes graphiques à plusieurs échelles : celle de l’espace graphique, celle architecturale et urbaine et celle du contexte culturel. Nous montrerons des manières d’agir par la production d’écrit, les formes de réaction aux images, leurs fonctions et leur rapport à la politique, la patrimonialisation, le tourisme, la mémoire collective ou encore l’identité des lieux où ces actes graphiques s’affichent. A un niveau plus large, l’étude sur les murales d’Orgosolo (Sardaigne) qui sera présenté, interroge l’impact de l’image et de l’écriture dans l’espace public et la manière dont des artefacts graphiques interviennent dans la construction de relations sociales.
    Francesca Cozzolino est enseignante en sciences humaines et sociales à l’École nationale supérieure des Arts Décoratifs (EnsAD), PSL Research University, Paris, chercheuse associée à EnsadLab, laboratoire de recherche en art et design de l’EnsAD, et membre affiliée au Laboratoire d’Ethnologie et Sociologie Comparative (LESC-CNRS) de l’Université de Paris Nanterre. Spécialisée dans l’ethnographie des pratiques artistiques, ses travaux de recherche se situent à la croisée de l’anthropologie de l’art, de l’anthropologie de la culture matérielle et des visual studies. Depuis 2010, elle a réalisé de nombreuses enquêtes dans le monde de l’art et du design et mené plusieurs missions de recherche en France et à l’étranger (Europe, États-Unis, Benin, Mozambique, Mexique) en développant une ontologie descriptive de la création qui se donne pour objectif l’étude des différentes formes et niveaux d’agentivité de la création, sa capacité à opérer dans la fabrique du social.
    https://ceei.hypotheses.org/3455

    INHA
    Salle Mariette
    Galerie Colbert
    2 rue Vivienne
    Paris 2e

  • Paul Saenger, Reflections of a Retired Librarian
  • Pascale Elbaz (ISIT) : La ligne dans les premiers écrits de Liu Haisu劉海粟 (1896-1994) Concept, terme, image
Actualités