Cécile Bosc, Au prisme du cinéma. Impressions cinématographiques chez le spectateur de théâtre du XXIe siècle Soutenance de thèse

Directeur(s) de thèse : Marie-Madeleine Mervant-Roux

Maison de la Recherche, Salle Athéna
4, rue des Irlandais - 75005 Paris

Certains spectacles de théâtre, alors même qu’ils n’utilisent aucun matériel ni aucune technique cinématographique, donnent au spectateur une « impression de cinéma ». Ils suscitent des modes de perception auxquels les films nous ont habitués et sollicitent chez le spectateur de théâtre une mémoire cinématographique qui, tout en étant individuelle, appartient à une culture commune et intervient dans le processus d’interprétation. Pour parler du spectacle, le spectateur emprunte au vocabulaire de l’imaginaire technique et artistique du cinéma, qui s’avère un moyen d’exprimer et de partager une expérience intime. Ces « impressions », qui forment le cœur de notre travail, résultent donc d’une double pratique de spectateur : de théâtre et de cinéma. Liée au caractère intuitif de la perception et à son ancrage affectif, l’impression joue un rôle essentiel dans l’élaboration de la pensée. Plutôt que de contourner la subjectivité, souvent perçue comme un écueil, bien qu’elle soit inhérente à l’analyse d’une œuvre, il s’agit ici d’en faire un objet d’étude. À travers l’analyse de paroles de spectateurs portant sur un échantillon d’œuvres représentatives d’un pan de la création théâtrale actuelle – comprenant notamment Salves de Maguy Marin, Les Marchands de Joël Pommerat, Ricercar de François Tanguy ou encore This is how you will disappear de Gisèle Vienne – nous tenterons de comprendre ce que ce passage par le cinéma permet de dire du théâtre d’aujourd’hui.

En savoir plus :
http://www.univ-paris3.fr/soutenance-de-these-de-cecile-bosc-407302.kjsp?RH=1232963042249