Figure christique et messianisme dans les oeuvres de Dambudzo Marechera et Tchicaya U Tam’si Soutenance de thèse

Directeur(s) de thèse : Xavier Garnier , Jean Bessière

Maison de la recherche de la Sorbonne-Nouvelle
4 rue des irlandais
75005 Paris

Soutenance de Pierre Leroux

La Bible est un des premiers livres traduits dans la plupart des langues d’Afrique subsaharienne et l’imagerie qui lui est associée a par conséquent joué un rôle essentiel dans la constitution des imaginaires littéraires propres à chaque région. Parmi toutes les figures de l’Ancien et du Nouveau Testament, le Christ occupe une place à part, car il est la source de toute rédemption et un personnage qui vaut par son ambivalence, au croisement du religieux et du politique. Représentation en creux construite par des discours multiples, il est à la fois ou successivement un révolutionnaire qui se bat contre l’impérialisme romain ou un collaborateur qui rend à César ce qui lui appartient. La résonance de cette figure dans les œuvres de Dambudzo Marechera (1952-1987) et Tchicaya U Tam’si (1931-1988) correspond donc à une réflexion sur les rapports qu’entretiennent la religion, la littérature et le politique pendant et au-delà de la période coloniale au Zimbabwe et au Congo. En effet, ces deux auteurs occupent une position surplombante dans leurs pays respectifs et, quoique considérés par certains comme hermétiques ou trop Européens, ils ont durablement marqué les générations suivantes qui ont vu en eux des précurseurs, voire le « père de notre rêve » pour Tchicaya. Dans cette perspective qui englobe la théorie et l’histoire littéraire, le messianisme comme dynamique qui fait naître des figures christiques entraîne une réflexion sur la place du personnage dans le temps et dans l’espace. Celle-ci, enfin, prend tout son sens grâce au choix d’un corpus qui englobe roman, poésie et théâtre, afin de relier différentes approches de la figure christique, pour mieux questionner le rôle de pivot qu’elle occupe dans les deux œuvres.

Actualités