À propos d’une production céramique indigène dite matt‑painted dans le cadre de l’Italie méridionale protohistorique. Le cas de l’Incoronata [Regarding the so-called matt-painted indigenous pottery in the protohistoric southern Italy. The case of the Incoronata] Article - Juin 2021

Clément Bellamy

Clément Bellamy, « À propos d’une production céramique indigène dite matt‑painted dans le cadre de l’Italie méridionale protohistorique. Le cas de l’Incoronata [Regarding the so-called matt-painted indigenous pottery in the protohistoric southern Italy. The case of the Incoronata]  », Frontière·s : revue d’archéologie, histoire et histoire de l’art, numéro spécial Investir la frontière, juin 2021, pp. 67-80. ISSN 2534-7535

L’article propose un questionnement des modalités d’interaction entre communautés indigènes et grecques en Italie méridionale à travers l’étude des productions céramiques, en particulier la céramique indigène dite « matt-painted » du site de l’Incoronata entre viiie et viie s. av. J.‑C. Nous proposons en effet de nous interroger sur les différents niveaux d’interactions et d’échanges entre communautés indigènes et non-indigènes, en articulant notre réflexion autour d’une nécessaire distinction entre contexte de production et contexte de consommation. Mises en réseau avec les données et fouilles plus récentes (Francavilla Marittima, Amastuola, Roca...), les contextes archéologiques de l’Incoronata avec l’apport de la pluridisciplinarité — des concepts issus des sciences anthropologiques aux analyses technologiques — permettent ainsi aujourd’hui d’affiner la grille de lecture de la protohistoire italienne, et de saisir plus précisément les stratégies identitaires de ces élites locales au sein du monde méditerranéen.

This article examines the modalities of interaction between Indigenous and Greek communities in Southern Italy through the study of its ceramic productions, in particular the so-called ‘matt-painted’ indigenous pottery from Incoronata between the 8th and 7th centuries BC. We propose to question ourselves on the different levels of interactions and exchanges between indigenous and non-indigenous communities, by articulating our reflection around a necessary distinction between the context of production and the context of consumption. Networking with more recent data and excavations (Francavilla Marittima, Amastuola, Roca ...), we will read Incoronata’s archaeological contexts thanks to the contributions of multidisciplinarity, from concepts developed within anthropological sciences to technological analyzes. This will allow us to refine the reading grid of Italian protohistory, and to grasp more precisely the identity strategies of these local elites within the Mediterranean world.

Voir la notice complète sur HAL

Actualités