Bien-être à l’école revendiqué vs augmentation des violences constatées Article - Janvier 2019

Sophie Javerlhiac, Jeanne-Maud Jarthon, Dominique Bodin, Eric Debarbieux

Luc Robène
Sophie Javerlhiac, Jeanne-Maud Jarthon, Dominique Bodin, Eric Debarbieux, « Bien-être à l’école revendiqué vs augmentation des violences constatées  », Recherches & éducations, janvier 2019. ISSN 1969-0622. 〈https://journals.openedition.org/rechercheseducations/4481〉

La réflexion proposée repose sur une étude menée durant 3 années, de 2012 à 2015, au sein de 10 établissements scolaires du Diocèse blésois dans le cadre d’un projet financé par le Fonds d’Expérimentation Jeunesse. Elle repose sur la partie évaluation du projet entendant mesurer les effets des formations des enseignants sur le bien-être à l’école entre T0 et T2. Les indicateurs retenus (sentiment de bien-être ; ambiance entre élèves ; relations avec le maître/la maîtresse…), font apparaître une évolution positive du sentiment de bien être entre T0 et T2. Si tous les indicateurs sont tirés vers le haut, ils restent largement tributaires de la qualité de l’équipe pédagogique et de la relation enseignant/enseigné. Ce constat est d’autant plus surprenant que singulièrement tous les indicateurs, relatifs à la violence (verbale, harcèlement, violences physiques…), mesurés grâce à une enquête de type violence auto déclarée, sont en augmentation. Cela amène à se demander quels peuvent être les liens existant entre bien-être affirmé et augmentation des violences déclarées ?

This article is based on a study for 3 years from 2012 to 2015 in 10 schools of the Diocese Blois as part of a project funded by the Fond Experimental Youth. It is based on the evaluation of the project heard measure the impact of teacher training on welfare at school between T0 and T2. The indicators (feeling of well-being atmosphere between students ; relations with the teacher ...) show a positive evolution of the sense of well being from T0 to T2. If all indicators are drawn up, they remain largely dependent on the quality of the teaching staff and teacher / learner relationship. This finding is surprising because, strangely all indicators of violence (verbal harassment, physical violence ...) measured through a self declared such violence survey, are increasing. This raises the question of what might be the links between wellbeing and affirmed increase of reported violence ?

Voir la notice complète sur HAL

Actualités