Ce Louis-Philippe en littérature" : Flaubert juge de Casimir Delavigne Chapitre d’ouvrage - Janvier 2012

Stéphanie Dord-Crouslé

Stéphanie Dord-Crouslé, « Ce Louis-Philippe en littérature" : Flaubert juge de Casimir Delavigne  », in Sylvain Ledda et Florence Naugrette (ed.), Casimir Delavigne en son temps (Vie culturelle - Théâtre - Réception). Actes du colloque de Rouen, 24-25 octobre 2011, 2012, pp. 327-339

Résumé

Les deux Normands Delavigne et Flaubert se sont croisés dans le siècle, l’un disparaissant au faîte de sa gloire au moment où l’autre, obscur étudiant, faisait ses premières armes en littérature dans le silence de ce qui n’était pas encore son gueuloir. La figure du grand prédécesseur ne pouvait donc laisser indifférent le jeune auteur qui fut d’abord sensible à ce qui faisait de Delavigne un précurseur du romantisme. Mais cela ne dura pas : à l’admiration succéda rapidement une critique aussi large que parfois peu fondée et dont l’ultime cristallisation se laisse deviner dans l’énigmatique second volume de Bouvard et Pécuchet.

Voir la notice complète sur HAL

Actualités