Débuter sa carrière professionnelle en Afrique. L’idéal d’insertion sociale des volontaires français à Dakar et Antananarivo (Sénégal, Madagascar) [Starting a Career in Africa. The Ideal of Social Immersion of French Volunteers in Dakar and Antananarivo (Senegal, Madagascar)] Article - 2016

Hélène Quashie

Hélène Quashie, « Débuter sa carrière professionnelle en Afrique. L’idéal d’insertion sociale des volontaires français à Dakar et Antananarivo (Sénégal, Madagascar) [Starting a Career in Africa. The Ideal of Social Immersion of French Volunteers in Dakar and Antananarivo (Senegal, Madagascar)]  », Cahiers d’études africaines, numéro spécial Mobilités et migrations européennes en (post) colonies, 2016, pp. 53-80. ISSN 0008-0055

Cet article propose une approche comparée des migrations liées au volontariat français au Sénégal et à Madagascar, dans des structures de l’aide internationale et de la coopération. Ce dispositif institutionnel réunit des profils et horizons professionnels pluriels de jeunes âgés de 20 à 35 ans qui constituent une catégorie sociale spécifique au sein des réseaux expatriés. Plusieurs paradoxes contrarient leur idéal et volonté d’immersion sociale locale. Leur mobilité, organisée depuis la France, participe à la définition d’une élite économique et socioprofessionnelle locale, malgré la faiblesse de leur statut hiérarchique et de leurs revenus. Les étiquettes sociales auxquelles les volontaires sont renvoyés évoquent des privilèges qui nourrissent aussi une fracture ethno-racialisée. Différents mécanismes et contradictions contribuent donc à développer des cercles de l’entre-soi.

This paper compares the migrations of French voluntary service associated with the structures of international aid and cooperation in Senegal and in Madagascar. It combines several profiles and professional horizons of young people from 20 to 35 years old, and constitutes a specific category within the expatriate networks. Various paradoxes impede their ideal and will of social immersion into local society. Their mobility is organized from France and defines locally an economic and socio-professional elite, in spite of the weakness of their hierarchical status and income. The social labels to which French volunteers are sent back evoke privileges which also nourrish an ethno-racialized divide. Different mechanisms and contradictions contribute therefore to develop confinement and social grouping.

Voir la notice complète sur HAL

Actualités