Les perturbateurs endocriniens en France. Une autre trajectoire [Endocrine Disruptors in France. Another Trajectory] Article - 2016

Nathalie Jas, Jean-Paul Gaudillière

Nathalie Jas, Jean-Paul Gaudillière, « Les perturbateurs endocriniens en France. Une autre trajectoire [Endocrine Disruptors in France. Another Trajectory]  », Sciences Sociales et Santé, 2016, pp. 19-46. ISSN 0294-0337

Américaine à l’origine, la problématique des perturbateurs endocriniens (PE) s’est rapidement internationalisée. Ce processus reste cependant largement à comprendre. Pour l’explorer, la piste suivie dans cet article est celle du double mouvement de généralisation et de localisation sous-jacent à cette internationalisation. En s’appuyant sur une recherche comparative États-Unis/France portant sur la façon dont la trajectoire des PE s’inscrit dans une histoire de longue durée de la santé environnementale, l’article analyse ainsi les débuts de la trajectoire française de la problématique PE. Les évènements pris pour cible sont ceux qui sont intervenus avant 2007, c’est-à-dire bien avant que les PE ne deviennent un objet de controverses visibles dans le dernier tiers des années 2000, avec l’investissement de plus en plus important d’un ensemble hétéroclite d’associations militant sur des problèmes de santé environnementale et la montée en puissance des débats sur le bisphénol A. Nous remettons en cause l’idée courante selon laquelle l’introduction des PE en France a été le seul fait des milieux médicaux s’intéressant aux problèmes d’infertilité masculine. Nous montrons aussi que ces développements précoces révèlent l’existence d’une phase publiquement « invisible » d’appropriation et de configuration du problème des perturbateurs endocriniens révélatrice d’un régime français d’expertise des problèmes de santé environnementale et de gestion des risques chimiques qui fait largement appel aux collaborations entre l’État, les industriels et les chercheurs académiques. Ce faisant, l’article analyse les caractéristiques du premier dispositif français d’expertise et de recherche sur les PE et ses spécificités au regard de la trajectoire américaine.

Although it emerged in the United States, the endocrine disruptors (ED) paradigm quickly became an international reference. This process remains poorly understood. This paper analyzes the simultaneous movements of generalization and localization, which grounded this internationalization. Focusing on the early stages of the French trajectory of ED and taking the United States as comparative configuration, the paper situates this trajectory within the longer history of environmental health. The events analyzed are those taking place before 2007, which means before the late 2000s when ED became targets of public controversies as an effect of the debates on Bisphenol A and of the increasing mobilization of an heterogeneous network of non-governmental organizations active in the field of environmental health. The paper challenges the received idea that medical experts interested in issues of male infertility were the sole actors in the introduction of the ED paradigm in France. It also demonstrates that, in contrast to the highly polarized US configuration, the first and publicly invisible phase of appropriation and framing of the problem was rooted in a local regime of environmental health expertise, which focused on close collaborations between academic researchers, the state and the industry.

Voir la notice complète sur HAL

Actualités