Flaubert et les Manuels Roret ou le paradoxe de la vulgarisation. L’art des jardins dans Bouvard et Pécuchet Chapitre d’ouvrage - 2003

Stéphanie Dord-Crouslé

Stéphanie Dord-Crouslé, « Flaubert et les Manuels Roret ou le paradoxe de la vulgarisation. L’art des jardins dans Bouvard et Pécuchet  », in Lise Andries (ed.), Le partage des savoirs (XVIIIe-XIXe siècles), 2003, pp. 93-118

Résumé

Dans cet article sont abordés en premier lieu les rapports nourris que Flaubert a toujours entretenus avec la collection des Manuels Roret, qui était pour lui une référence documentaire sérieuse et respectable. Puis on s’intéresse à la manière dont ces manuels sont utilisés tant par les personnages Bouvard et Pécuchet dans la fiction, que par l’écrivain dans la genèse de cette fiction. A cette occasion, on s’arrête particulièrement sur L’Architecte des jardins, ouvrage d’un dénommé Boitard, utilisé par Flaubert pour la rédaction d’un épisode du second chapitre de son dernier roman. Enfin, après avoir quelque peu clarifié les idées du romancier sur la vulgarisation, il apparaît que Bouvard et Pécuchet est une illustration de l’impossibilité de toute vulgarisation.

Voir la notice complète sur HAL

Actualités