Flaubert relecteur de lui-même : le cas épineux de L’Education sentimentale Chapitre d’ouvrage - 2007

Stéphanie Dord-Crouslé

Stéphanie Dord-Crouslé, « Flaubert relecteur de lui-même : le cas épineux de L’Education sentimentale  », in Mireille Hilsum (ed.), La relecture de l’œuvre par ses écrivains mêmes, tome I « Tombeaux et testaments », 2007, pp. 201-214

Résumé

Publié pour la première fois en 1869 chez Michel Lévy, le roman reparaît dix ans plus tard, en 1879, chez Georges Charpentier. Entre les deux " versions " près de 500 "variantes" qui, selon les principes d’une textologie orthodoxe, doivent être tenues pour des corrections d’auteur et entérinées. Mais la relecture de Flaubert est-elle toujours si fiable que cela ? Quels sont les types de corrections introduits ? Sont-elles toutes "légitimes" ? Quel est le rôle d’un éditeur scientifique aujourd’hui ? Quelle est sa marge d’action : a-t-il le "droit" de revenir sur les corrections opérées par Flaubert relecteur de lui-même ?

Voir la notice complète sur HAL

Actualités