Gérer une pollution durable. Le cas du chlordécone aux Antilles françaises Article - Novembre 2010

Didier Torny

Didier Torny, « Gérer une pollution durable. Le cas du chlordécone aux Antilles françaises  », Le Courrier de l’environnement de l’INRA, novembre 2010, pp. 61-71. ISSN 1778-6991

Résumé

Depuis la fin des années 90, la redécouverte de la présence de chlordécone dans les eaux de surface des Antilles françaises a provoqué une mobilisation importante, d’abord en Martinique et en Guadeloupe, puis à l’échelon national. Pesticide utilisé pour lutter contre le charançon du bananier jusqu’en 1993, il demeure de manière quasi-pérenne dans les sols, ne se diffusant que peu à peu dans les eaux. Si la pollution environnementale ne soulève pas de contestation au fur et à mesure de sa découverte, la question de ses conséquences sanitaires demeure polémique. Les connaissances sur la toxicité du chlordécone à forte dose sont bien établies : de nombreuses études épidémiologiques et toxicologiques ont été menées à la suite de la catastrophe de l’usine de Hopewell en 1975 et ont entraîné son interdiction aux Etats-Unis. Le cas antillais soulève la question des éventuels effets délétères (cancers, fertilité) qui suivraient une exposition à faibles doses sur une très longue durée.

Voir la notice complète sur HAL

Actualités