Ghérasim Luca Direction d’ouvrage - Mai 2016

Serge Martin (dir.)

Serge Martin Ritman
Serge Martin (dir.), Ghérasim Luca , Revue Europe, Ghérasim Luca, 2016. ISBN 978-2-351-500080-4. 〈https://www.europe-revue.net/produit/n-1045-gherasim-luca-mai-2016/〉

Résumé

Né en 1913 à Bucarest, Ghérasim Luca parlait roumain, français, allemand et yiddish. En 1962, dix ans après son installation à Paris, il notait pour lui-même cette proposition paradoxale et forte : « Je suis l’Étranjuif ». Il attendit en effet la fin des années quatre-vingt pour abandonner son statut d’apatride, obligé qu’il était de régulariser ses papiers d’identité. Son suicide, le 9 février 1994 dans la Seine, est venu comme rappeler non seulement qu’il se considérait comme définitivement « hors la loi », mais aussi qu’il avait toujours dansé sur la corde. Ses œuvres pleines de sa vie et sa vie entièrement consacrée à ses œuvres en témoignent toujours puisque sa danse continue à entraîner, à encourager et même à enflammer ici et ailleurs, à la fois douloureusement et de manière jubilatoire, en inventant multiplement « une littérature impossible de tous côtés ». Ghérasim Luca est bien un de nos grands intempestifs ! Surréaliste roumain, fabricant de « cubomanies » et de livres d’artistes méticuleusement réalisés, ami de Victor Brauner, de Wifredo Lam et de quelques autres peintres majeurs, poète sonore ou plutôt « récitaliste » faisant de la voix un prolongement du corps, Ghérasim Luca ne peut en réalité s’accorder avec une telle addition que d’aucuns compléteront forcément… sans jamais pouvoir en faire le tour. Car ses œuvres et sa vie sont placées sous le signe d’un perpétuel débordement. Elles font un tourbillon dans le fleuve de notre devenir, tant du point de vue du poème que plus généralement des arts et du langage. « Le plus grand poète français, mais justement il est roumain, c’est Ghérasim Luca », disait Gilles Deleuze. À ses yeux, Luca était de ceux qui inventent « des vibrations, des rotations, des tournoiements, des gravitations, des danses ou des sauts qui atteignent directement l’esprit ». Amour, humour, politique, éthique et poétique étaient indissociablement liés chez ce forgeur sauvage et subtil qui écrivait : « tout est irréalisable dans l’odieuse / société de classes, tout, y compris l’amour / la respiration, le rêve, le sourire / l’étreinte, tout, sauf la réalité / incandescente du devenir ».

Voir la notice complète sur HAL

Actualités