Jean-Jacques de Felice et la défense des autonomistes bretons (1978-1980) Article - 2015

Vincent Porhel

Vincent Porhel, « Jean-Jacques de Felice et la défense des autonomistes bretons (1978-1980)  », Matériaux pour l’histoire de notre temps, 2015. ISSN 0769-3206

Résumé

Jean-Jacques de Felice vient tardivement à la défense des autonomistes bretons. D’autres avant lui s’y sont plus durablement investis à l’exemple d’Henri Leclerc ou de Yann Choucq. Pour autant si l’autonomisme breton n’a jamais eu pour Jean-Jacques de Felice la place qu’ont tenue les combats algériens, il lui a cependant permis de développer ses convictions contre l’arbitraire policier. Bien que parfois déconcerté, en tant qu’avocat marqué à gauche, par les expressions politiques - souvent confuses - du mouvement autonomiste dont les appartenances idéologiques varient de l’extrême gauche à l’extrême droite, Jean-Jacques de Felice va pourtant y trouver matière à continuer à mener sa lutte contre sa vieille ennemie : la Cour de sureté de l’Etat. Les archives, tout en permettant de mettre en évidence le combat d’un avocat des droits de l’homme, jettent également une lumière crue sur une mouvance autonomiste bretonne aux contours encore floues pour les historiens.

Voir la notice complète sur HAL

Actualités