L’aménagement urbain au Vietnam, vecteur d’un autoritarisme négocié [Urban Planning in Vietnam : A Vector for a Negotiated Authoritarianism ?] Article - Juillet 2015

Marie Gibert, Segard Juliette

Marie Gibert, Segard Juliette, « L’aménagement urbain au Vietnam, vecteur d’un autoritarisme négocié [Urban Planning in Vietnam : A Vector for a Negotiated Authoritarianism ?]  », Justice spatiale - Spatial justice, numéro spécial Espaces autoritaires, espaces (in)justes ?, juillet 2015. ISSN 2105-0392. 〈http://www.jssj.org/article/lamenagement-urbain-au-vietnam-vecteur-dun-autoritarisme-negocie/〉

La République Socialiste du Vietnam est l’un des derniers bastions du communisme d’État, avec un Parti unique. Le champ de l’aménagement révèle cependant des jeux d’acteurs de plus en plus complexes et l’agrégation de nouvelles coalitions de croissance, qui interrogent les choix politiques opérés par les pouvoirs publics du pays et les grandes orientations de développement. Si le caractère autoritaire du régime vietnamien constitue indéniablement une clef de compréhension de l’organisation socio-spatiale des villes du pays, nous souhaitons à l’inverse montrer en quoi les modalités contemporaines d’aménagement de ces villes participent aujourd’hui à l’évolution du régime autoritaire vietnamien, vers un « autoritarisme négocié ». À l’occasion de la mise en œuvre de nouveaux projets urbains ré-émergent les débats autour des catégories du juste et de l’injuste, du bien commun et de l’intérêt privé, du collectif et de l’individuel. Ces valeurs sont convoquées aussi bien par les représentants de l’État que par les citoyens, qui tâchent ainsi de négocier leur participation à la prise de décision et leur accès aux richesses produites. Il s’agit alors d’interroger ici les processus itératifs entre autoritarisme politique et production de la ville dans le Vietnam contemporain.

The Socialist Republic of Vietnam is one of the last communist states ruled by a single political party. Despite what the one party rule in Vietnam may suggest, issues related to urban planning reveal a great complexity of interaction between stakeholders in the country, and an aggregation of new coalitions concerned with growth, who question the regime’s political choices and development orientations. The authoritarianism of the Vietnamese political regime is undeniably key to understanding the socio-spatial organisation of cities in the country. However, this paper aims to show how the contemporary urban planning of these cities is participating in the recent evolution of the political regime, towards what can be called a “negotiated authoritarianism”. With the implementation of new urban projects ; debates over notions of justice and injustice, common good and private interests, community and individuality are emerging. These values are conveyed by the authorities, as well as the citizens, in order to negotiate their participation in decision-making and their access to new wealth. Our goal is then to question the links between political authoritarianism and the production of the city in contemporary Vietnam.

Voir la notice complète sur HAL

Actualités