L’apport des textes de la pratique pour l’étude des marqueurs d’oralité en moyen français Article - Novembre 2019

Pierre Vermander

Pierre Vermander, « L’apport des textes de la pratique pour l’étude des marqueurs d’oralité en moyen français  », Studia Linguistica Romanica, novembre 2019. ISSN 2663-9815

Cet article s’intéresse à la présence des documents de la pratique dans les études linguistiques diachroniques concernant la question de l’oralité médiévale. Après une présentation des marqueurs d’oralité, à distinguer des marqueurs discursifs proprement dits, nous montrerons la faible utilisation de ces documents par les linguistes, due principalement à leur formation et aux difficultés d’accès à ces textes. Nous présenterons alors un panel de ces sources (registres des parlements, procès, lettres de rémission) qui pourraient être compulsées de conserve avec la littérature et discuterons leur intérêt à la fois méta-linguistique (statut des jurons et la réception des documents) et linguistique (utilisation des coordonnants à fonction pragmatique, phénomènes syntaxiques ’oraux’). Ce travail ne consiste nullement en une critique des études sur l’oralité médiévale basées sur la littérature mais se veut plutôt comme un pont lancé entre différents massifs textuels permettant d’approcher cette problématique ainsi qu’une proposition visant à permettre une approche nouvelle de la question.

This article critically reflects on the overwhelming presence of literary texts in French diachronic linguistics, especially concerning medieval discourse markers and orality. After an attempt to linguistically define orality markers and to distinguish them from discourse markers, the question of why ’practical’ non-literary documents (such as parliamentary records, trials or remission letters) have received little attention in linguistics will be discussed. We will then briefly present some of these documents, which could be studied together with literary texts, pointing out interesting meta-linguistic (status of swear-words, reception of these documents) and linguistic (pragmatic use of coordinators, ’oral’ syntactic phenomena) aspects. This paper does not to seek to criticize prior studies on medieval orality in literature but rather to review the various sources available for the examination of medieval orality as well as to suggest new ways to deal with the problem of data.

Voir la notice complète sur HAL

Actualités